Liaison Paris-Turin : "J'accuse Erri De Luca d'être un menteur"

le
0
Le chantier du tunnel entre Lyon et Turin, le 23 mars 2013. 
Le chantier du tunnel entre Lyon et Turin, le 23 mars 2013. 

Le procès de l'écrivain Erri De Luca, accusé d'incitation au sabotage sur le chantier du tunnel Lyon-Turin, reprend le 20 mai. Un procès sur le fil du délit d'opinion, dont la tenue divise, et qui a suscité en France une pétition en faveur de l'écrivain transalpin. Avant cette seconde audience, les ouvriers du tunnel ont invité Erri De Luca à les rencontrer sur le chantier pour juger de leurs conditions de travail, sous la menace constante des manifestants. Mais l'écrivain a refusé.

À quelques heures de l'ouverture des débats, Mario Virano, directeur général de Telt (Tunnel Euralpin Lyon Turin), la société franco-italienne qui construit le tunnel, nous livre dans une chronique au vitriol ses sentiments sur ce procès et son accusé vedette de l'édition :

"La plainte contre Erri De Luca a été déposée par mes prédécesseurs et, alors que la procédure est engagée, nous n'avons pas le pouvoir d'y mettre fin. Mais je considère que, sur le mérite des propos de l'écrivain, le procès doit aller à son terme. Erri De Luca affirme dans ses écrits que le sabotage du tunnel Lyon Turin est légitime et nécessaire parce que la présence de pechblende [dioxyde d'uranium fortement radioactif, NDLR] et d'amiante sur le chantier serait dangereuse pour les habitants de la vallée, pour les ouvriers qui y travaillent et pour les policiers chargés de protéger le site. C'est faux. Tous les contrôles effectués pas des organismes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant