LFP : Nasser Al-Khelaifi pas en règle pour rester au Conseil d'Administration

le
0
LFP : Nasser Al-Khelaifi pas en règle pour rester au Conseil d'Administration
LFP : Nasser Al-Khelaifi pas en règle pour rester au Conseil d'Administration

En raison d’un document manquant dans son dossier de candidature, Nasser Al-Khelaifi ne devrait plus faire partie du Conseil d’Administration de la LFP à compter du 5 octobre prochain.

Champion de France ces trois dernières saisons, le PSG pourrait ne plus être représenté au sein du Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel à partir du 5 octobre prochain. La faute à une certaine légèreté de son président Nasser Al-Khelaifi au moment de constituer son dossier de candidature pour l’élection du nouveau Conseil d’Administration de l’instance. Selon les informations du quotidien L’Equipe, le président du club parisien n’a pas joint à son dossier un extrait de casier judiciaire, le B3, qui est une pièce nécessaire à la validation du-dit dossier. A la place, une lettre provenant du Qatar a remplacé ce document, ce qui n’est pas suffisant, les étrangers pouvant obtenir des autorités françaises un B3. Trois autres candidats, Cédric Dufoix pour l’OM, Waldemar Kita pour Nantes et Jean-Pierre Rivère pour Nice, ont fait de même mais le président du Gym a joint à son dossier un extrait B2, plus précis.

Une absence qui pourrait faire jaser

Si l’entourage de Nasser Al-Khelaifi plaide la bonne foi et assure avoir fait le nécessaire à ses yeux, un avis juridique demandé par le bureau de la LFP a confirmé l’invalidité du dossier, mais un deuxième avis devrait être demandé avant la réunion du Conseil d’Administration qui sera chargé de valider les candidature à son renouvellement. Reste que recaler le président du PSG, qui reste la locomotive du football professionnel français, pour des motifs aussi dérisoires ne plait guère au sein de la LFP et fait s’interroger certains présidents comme Bernard Caiazzo. Le patron du syndicat Première Ligue reconnaît l’importance d’avoir le PSG à la table mais se pose la question d’éventuels recours qui prendraient un temps précieux alors que la LFP doit continuer à se réformer. Bref, un imbroglio de plus pour le PSG, qui n’en a pas forcément besoin dans un début de saison compliqué.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant