LFP : Labrune va entrer au CA, Landreau recalé

le
0
LFP : Labrune va entrer au CA, Landreau recalé
LFP : Labrune va entrer au CA, Landreau recalé

Suite à d’âpres négociations, les noms des cinq personnes qui siègeront prochainement au sein du Conseil d’Administration de la LFP ont fuité. Si Vincent Labrune en fait bien partie, ce ne sera pas le cas de Mickaël Landreau.

Les candidats étaient nombreux, dix étaient sur la ligne de départ mais seulement cinq d’entre-eux sont parvenus à obtenir les faveurs des « familles du football » pour entrer au Conseil d’Administration de la LFP en tant qu’indépendants. Si Jean-Pierre Denis, actuellement président de la Ligue par intérim suite à la démission de Frédéric Thiriez, et Nathalie Boy de la Tour, directrice générale de la Fondation du Football, conservent leurs places, trois nouveaux entrants seront adoubés le 5 octobre prochain à l’occasion de l’Assemblée Générale de la LFP. On y retrouve Guillaume Kuperfils, l’avocat du fonds d’investissement Colony Capital, ancien propriétaire du PSG, mais aussi le président de Panini France Alain Guerrini. Le troisième nom est bien connu du petit monde du football puisqu’il s’agit bien de l’ancien président de l’Olympique de Marseille Vincent Labrune. Un poste qui pourrait lui ouvrir la porte de la présidence de la LFP, qui est habituellement issu du collège des indépendants du Conseil d’Administration.

Landreau recalé car trop grande gueule ?

Parmi les recalés, on retrouve deux noms connus du football français avec Jean-Michel Roussier, membre sortant du Conseil d’Administration de la LFP et, lui aussi, ancien président de l’OM mais, surtout, celui de Mickaël Landreau. Et le cas de l’ancien troisième gardien de l’équipe de France peut interpeller car, selon le quotidien Le Parisien, il a été victime d’une sorte de chantage venant de plusieurs présidents de clubs de L1. A en croire le quotidien, il a été demandé à l’ancien gardien du PSG de mettre un terme à sa participation au Canal Football Club sur Canal+, où ses analyses sont jugées trop critiques par certains dirigeants de clubs, en échange du parrainage du syndicat Première Ligue, condition sine qua none pour entrer au CA de la LFP. Un « échange de bon procédé » qui a été refusé par Mickaël Landreau, qui a donc renoncé à prendre du poids au sein de l’instance dirigeante du football professionnel français. Et sans doute à raison...
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant