LFP : Aulas bouté hors du Conseil d'Administration ?

le
0
LFP : Aulas bouté hors du Conseil d'Administration ?
LFP : Aulas bouté hors du Conseil d'Administration ?

Alors que le Conseil d’Administration sera renouvelé la semaine prochaine, il apparaît que la position de Jean-Michel Aulas est menacée suite à l’affaire de la réforme de la Ligue des Champions. Mais le président lyonnais met, de son côté, en avant le dossier de la refonte de la répartition des droits télé entre les clubs.

L’élection du Conseil d’Administration de la Ligue de Football Professionnel, prévue mercredi, promet d’être tendue. Alors que les représentants du PSG, Nasser Al-Khelaifi, et de l’OM, Cédric Dufoix, pourraient être mis hors course avant même le vote pour un dossier de candidature non complété dans les règles, Lyon pourrait également être exclu de la sphère dirigeante du football professionnel français. Jean-Michel Aulas, en effet, a vu sa position affaiblie suite à la confirmation qu’il n’avait pas informé ses pairs de la réforme à venir de la Ligue des Champions, qui va favoriser l’Angleterre, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie possiblement au détriment de la France. Mais le président de l’Olympique Lyonnais, comme pour ouvrir un contre-feu et tenter de sauver sa place, a pris position en faveur d’une revue de la méthode de répartition des droits télé du championnat.

Aulas : « Je plaide pour un réaménagement »

S’il met en avant son assiduité aux réunions de la LFP et sa bonne entente avec les dirigeants actuels comme le président de la Fédération Française de football Noël Le Graët, Jean-Michel Aulas a joué une carte importante en se joignant au mouvement pour revoir la répartition des droits. « Les clubs pensent que je suis contre une redistribution des revenus alors que je plaide justement pour un réaménagement, tonne le dirigeant lyonnais dans un entretien au quotidien L’Equipe. Mais on ne m’a pas demandé mon avis. La réforme de la Ligue des Champions doit permettre à tous les clubs français de bénéficier de revenus supplémentaires, indépendamment du classement. Je suis favorable à de nouvelles règles de répartition en France. » Une révision qui, selon JMA, devrait aller de pair avec une amélioration des gains liés à la vente à l’étranger des droits de la L1, dossier dans les mains de beIN Sports, surtout en Chine et se propose de jouer les entremetteurs avec le nouvel actionnaire de l’OL, qui vient de l’Empire du Milieu.

Aulas en route pour la FFF ?

S’il est recalé du Conseil d’Administration de la LFP, Jean-Michel Aulas aurait bien un plan B pour continuer de peser directement sur la destinée du football français, et espère voir au moins Monaco représenter les clubs engagés en Ligue des Champions au CA de la Ligue. Et ce plan B passerait par un siège au Comité Exécutif de la FFF, où le président de l’OL veut voir des représentants du football professionnel. « La FFF et la Ligue 1 doivent travailler main dans la main. Si on me demande d’y aller, ça sera avec plaisir. Mais j’ai plus de légitimité à travailler à la Ligue, assure Jean-Michel Aulas. Maintenant, si certains veulent s’approprier la Ligue plus facilement, pourquoi pas... » Mais un autre dossier pourrait mettre Jean-Michel Aulas dans la lumière, celui d’une réforme de la LFP en tant que telle, lui qui milite pour un mode de fonctionnement similaire à la Premier League, avec une société dont les clubs participant seraient actionnaires. Un dossier qui sera sans grand doute épineux si le dirigeant lyonnais ne peut peser directement sur la LFP.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant