Lewandowski, un looping dans l'histoire

le
0
Lewandowski, un looping dans l'histoire
Lewandowski, un looping dans l'histoire

Au cœur de l'Allianz Arena, devant un public habitué mais jamais fatigué par les avalanches de buts, Roberto Lewandowski, le Bayern Munich et Pep Guardiola ont créé un morceau d'histoire de neuf minutes mardi soir.

Retour des vestiaires. Les Loups mènent un but à zéro et ne sont pas passés loin de doubler la mise lorsqu'un tacle manqué de Manuel Neuer dans la moitié de terrain adverse s'est transformé en obus brossé de Josuha Guilavogui. Là, déjà, l'histoire avait failli se dérégler, nous offrir un moment à la Florenzi et couper un peu plus les ailes des goals volants modernes. Mais le moment n'était pas encore venu. L'histoire préparait quelque chose d'encore plus grand. Et plus tard, elle allait nous offrir sur un plateau ce moment magique où elle semble rembobiner, puis accélérer frénétiquement, comme si elle subissait un bug spatio-temporel. Une erreur dans la matrice. Une faute de frappe dans le scénario originel. Un looping dans le vol longiligne du temps qui coule. En première période, la frappe du Français est passée à côté, et l'histoire – cette vilaine et capricieuse sorcière – a préféré attendre patiemment la mi-temps et l'entrée en jeu de Robert Lewandowski pour nous envoyer en l'air.

Piste de ski et Balotelli


On joue la 51e minute, et Lewandowski n'a touché que deux ballons. Philipp Lahm déséquilibre la défense adverse d'une passe en profondeur. Arturo Vidal l'agenouille d'une talonnade en mouvement. Thomas Müller ramasse l'épée et la lance quelque peu maladroitement à Robert Lewandowski, qui tranche une première fois la tête de Wolfsburg. Le chronomètre affiche 50 minutes et 39 secondes de jeu, et Wolfsburg n'encaissait pas de but depuis 471 minutes. Trois ralentis et une centaine de consignes guardiolesques lancées dans la tête de Boateng après, soit exactement une minute plus tard, le ballon vole innocemment dans le ciel munichois. Mais l'histoire est décidée : un Rouge gagne le duel aérien, et personne n'arrête ce ballon téléguidé vers les pieds du numéro 9. Sur ce même but de la gauche, mais cette fois-ci de l'extérieur de la surface, le Polonais contrôle et frappe du droit. Le chronomètre affiche 51 minutes et 39 secondes de jeu et celui que l'on appelait Chancenmörder (le tueur d'occasions) à son arrivée en Bundesliga vient de marquer deux fois en une minute. Une vraie performance, mais rien d'exceptionnel en cette soirée de football européen. Après tout, à Udine, derrière l'Autriche, Mario Balotelli vient de prolonger un peu plus la légitimité de la foi de ses croyants en logeant un coup franc en pleine lucarne.

Deux minutes plus tard, le Bayern repart à l'attaque avec une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant