Levy : "Les stades de foot sont tous les mêmes, pas les golfs !"

le
0
Alexander Levy explique, à propos de la Ryder Cup, que  tous les joueurs rêvent de prendre part à cette compétition. Et trois ans, c?est long, ça laisse place à tous les espoirs !
Alexander Levy explique, à propos de la Ryder Cup, que  tous les joueurs rêvent de prendre part à cette compétition. Et trois ans, c?est long, ça laisse place à tous les espoirs !

Du 15 au 21 juin prochain, le monde du golf aura les yeux rivés sur le parcours de Chambers Bay, près de Portland. C?est là que se dispute l?US Open, un tournoi où la France sera représentée par deux de ses golfeurs, Victor Dubuisson et Alexander Levy. Le second a obtenu son billet pour l?événement américain à l?issue de la qualification européenne, à Walton Heath en Angleterre. L?occasion pour lui d?oublier la déception d?avoir quitté le Top 60 mondial. "Je ne me fais pas trop de souci pour mon classement, explique-t-il au Point.fr. Il suffit de faire une bonne performance pour l?intégrer à nouveau".

Un mois après avoir évoqué l?importance de la préparation et l?importance de l?approche mentale, le deuxième meilleur joueur français explique les différences entre les parcours de golf et délivre ses coups de c?urs en France.

Le repérage

Contrairement aux pilotes de F1 qui parcourent la piste à pied avant une course, nous ne traversons pas l?ensemble du parcours avant chacun de nos tournois. Nous délaissons en effet le jeu long pour nous focaliser sur le jeu court afin de ressentir l?herbe autour des greens. C?est un aspect qu?il ne faut jamais négliger. Parfois, les greens sont plus rapides, plus durs et la balle rebondit plus. Dans d?autres cas, le grain (le sens dans lequel le gazon pousse NDRL) a plus d?impact que le dénivelé.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant