Levée du blocus du port de Bayonne par les pêcheurs de civelles

le
0
LES PÊCHEURS DE CIVELLES LÈVENT LE BLOCUS DU PORT DE BAYONNE
LES PÊCHEURS DE CIVELLES LÈVENT LE BLOCUS DU PORT DE BAYONNE

BORDEAUX (Reuters) - Les pêcheurs de civelles, des alevins d'anguilles prisés par les gastronomes français et espagnols, ont levé vendredi le blocus du port de Bayonne entamé mercredi pour protester contre les quotas imposés par l'Europe, a annoncé leur représentant.

Les 35 pêcheurs professionnels de l'Adour avaient bloqué le port avec une dizaine de bateaux, empêchant tout mouvement de navires, au point que le port et la chambre de commerce s'apprêtaient à saisir le tribunal en référé.

"Nous avons levé spontanément notre blocus après avoir trouvé nous-mêmes une solution provisoire à la crise que nous traversons", a indiqué à Reuters Christophe Domec, le représentant des pêcheurs.

Ils protestaient contre l'application de mesures mises en place par l'Europe pour faire face au déclin du stock de civelles. Pour l'année 2013-2014, ils sont autorisés à pêcher un peu plus de deux tonnes, avec un quota de consommation de 850 kilos (40%) et un quota pour le repeuplement de 1.200 kg.

Leur quota de consommation étant déjà épuisé depuis l'ouverture de la pêche le 1er novembre, ils demandaient, comme les textes selon eux le prévoient, de passer le quota de repeuplement en quota de consommation.

La solution trouvée consistera à pêcher 700 kilos de civelles qui seront gardées en vie pour être exportées en Allemagne, où elles repeupleront les eaux locales.

Les pêcheurs réclament à l'Etat une solution pour les 500 kilos restants, faute de quoi ils menacent de bloquent à nouveau le port de Bayonne dans trois semaines.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant