Lève-toi et cours, Messi !

le
0
Lève-toi et cours, Messi !
Lève-toi et cours, Messi !

Difficile de juger la Copa América de Leo Messi, voire même sa carrière sous le maillot de l'Albiceleste. Dans l'ombre de Diego Maradona, sous ce numéro 10 qui pèse tant, la capricieuse Argentine ne lui pardonne rien. Mais le football offre toujours des revanches. Si Messi a déjà 28 ans, le niveau de gloire de son passage dans les traces de Maradona sera déterminé par ses prochaines réussites. Ou ses futurs échecs.

Assis au milieu de la pelouse de l'Estadio Nacional sous son lourd numéro 10, Messi a arrêté de courir après deux heures d'efforts et un tir au but marqué pour son pays. La bête est calme, elle a l'air abattue, dépitée. Deux gamins chiliens plutôt curieux s'approchent alors. Le premier ne semble pas comprendre l'état de frustration du meilleur joueur au monde. Il regarde ses crampons comme s'ils étaient deux lingots d'or, le prend en photo et, dans un état d'euphorie logique, pense à ce que diront ses amis quand ils sauront. Le second, lui, porte un regard inquiet. Il observe son héros d'un air sceptique, et semble se demander comment Messi peut-il être triste. Rien ne peut être grave pour Messi, se dit-il. Pourquoi ne se lève-t-il pas pour jouer ou retrouver les autres ? Le petit, qui a dû observer Messi des centaines de fois à la télévision et dans ses magazines préférés, ne reconnaît pas l'homme qu'il voit. Comment un héros peut-il être malheureux ? Ce n'est pas " un " match qui va tout changer, si ? Là, le petit se souvient furtivement du coup de genou de Medel et se fait une raison : si Messi le super héros est triste, c'est parce qu'il doit avoir mal au ventre.

Après avoir perdu une finale il y a quelques années, Messi aurait peut-être enfilé son air le plus innocent, filé aux vestiaires et fait une sieste. Mais le 10 a vieilli. " Messi est celui qui ressent le plus de frustration ", a admis Lavezzi. On grandit dans les échecs, dit-on. Pendant sa carrière, Messi en a connu peu. Mais après une deuxième finale perdue en deux ans, la dose a suffi. À 28 ans, Messi est touché. Il voit bien qu'il a déçu tout le monde. Il est bien conscient qu'il ne pourra éviter les débordements des débats entre les pro-Messi et les anti-Messi. Et il sait bien que de toute façon, on ne maîtrise rien dans la défaite. Surtout lui, dont le nom a été approprié par la planète entière. Quelques minutes plus tard, Messi se relève, va chercher sa médaille sans même enfiler son survêtement officiel, puis rentre chez lui. Et ensuite ?

Messi a-t-il un rendement vraiment différent entre le Barça et la Selección ?


Le tableau présenté dans toutes les cafétérias de Buenos Aires est noir et blanc. Messi a marqué 10 buts pour le Barça en C1 et n'a pas réussi à marquer un seul but dans le jeu pour son pays lors de la Copa América. Un penalty, contre le Paraguay, en poule, et c'est tout. À côté de ça,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant