Lev Yachine, palet royal

le
0
Lev Yachine, palet royal
Lev Yachine, palet royal

Avant de devenir le meilleur gardien de football du monde, Lev Yachine a pris son mal en patience. Cloué sur le banc, tricard par son club du Dynamo, le portier s'est alors tourné vers un autre sport. Et dans l'URSS des années 50, quand on ne brillait pas sur l'herbe, on se dirigeait vers la glace. C'est ainsi que l'Araignée noire a remporté une Coupe d'URSS en hockey sur glace avec le Dynamo Moscou.

Alexander Ovechkin, Evgeni Makin, Ilya Kovalchuk, Yevgeny Medvedev, les stars actuelles de l'équipe russe de hockey sur glace ne savent pas ce qu'elles doivent à Lev Yachine, Ballon d'or France Football 1963. Pourtant, avant d'être le meilleur gardien du monde sur herbe, la montagne (1,89m) s'est essayée au hockey, non pas par passion mais par choix. Nous sommes au début des années 50 et Yachine vient de fêter son 18e anniversaire. Cela fait quatre ans qu'il bosse à l'usine de métallurgie de Touchino, dans la banlieue de Moscou, là où son père trimait aussi. Epuisé par des journées à rallonge, on dit le garçon déprimé. Il balance sa démission et se retrouve sans emploi. Histoire d'être en règle avec le partie soviétique – peu en phase avec les chômeurs – il s'engage alors dans l'armée rouge et effectue son service militaire. Ses classes ne dureront pas longtemps puisque un membre du Dynamo Moscou, le club de l'armée, le repère et l'engage pour jouer au football. Cet œil de Moscou, c'est Arkady Chernyshev, ancien joueur de football mais aussi de hockey du Dynamo reconverti en tant que coach. Voilà donc Lev Yachine au Dynamo Moscou, le club aux 45 sections sportives. Amateur d'athlétisme, de hockey et de football, Yachine se dirige vers le ballon rond très rapidement. C'est là qu'il se lie d'amitié avec le gardien titulaire du Dynamo, la légende Alexei Khomich dit le "Tigre" depuis une tournée en Grande-Bretagne après la guerre où il avait particulièrement brillé.

undefined
Dans le sillage du Tigre, Yachine apprend surtout la patience. Mais comment le plus grand gardien de l'histoire a-t-il fait pour se retrouver sur des patins ? Le banc de touche, tout simplement. Lancé dans le grand bain footballistique en 1950, Yachine doit se coltiner la concurrence du "Tigre" mais surtout la colère de ses dirigeants. Pour son bizutage, il remplace le portier titulaire à la pause et fait une connerie sur le but égalisateur, score final : 1-1. La boulette passe, sa blague de fin de match moins. En rentrant aux vestiaires, Yachine tente une galéjade : " j'ai quand même arraché le match nul ". En 1950, en URSS, on ne rigole pas avec le Dynamo. Dès lors ses…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant