Lev Yachine, au-dessus des têtes

le
0
Lev Yachine, au-dessus des têtes
Lev Yachine, au-dessus des têtes

Gardien unique, Lev Yachine n'aura pas marqué que la planète terre. Depuis 22 ans, un astéroïde portant son nom gravite quelque part entre Mars et Jupiter. Récit d'un passage à la postérité.

Voilà maintenant 26 ans que Lev Yachine a rejoint les cieux. Une saloperie de cancer de l'estomac, et le plus grand gardien de l'histoire du football rejoignait les astres. Tout du moins aux yeux de ceux croyant fermement à l'élévation des corps sans vie vers l'au-delà. Car pour les plus pragmatiques, Yachine n'est qu'un corps de plus enfermé dans une boîte de bois et plongé plusieurs mètres sous terre. Dès lors, faut-il se contenter de quelques cassettes en noir et blanc pour se rappeler au bon souvenir de "l'araignée" ? Pas nécessairement. Les soirs de nuits étoilées, Yachine balade encore sa carcasse dans les airs. Et s'il est difficile de l'apercevoir à l'œil nu, Lev veille au grain, plus solide que jamais. Ce, grâce Lyudmila Zhuravleva, astrophysicienne russo-ukrainienne, qui eut la bonne idée de nommer un astéroïde du nom de l'ancienne gloire de l'URSS et, ainsi, de lui offrir une part d'éternité.

Un soir en Crimée


Comme souvent la nuit, Lyudmila Zhuravleva est installée derrière le télescope. En ce soir d'octobre 1978, l'air est glacial, la température affolante, mais l'astrophysicienne garde l'œil ouvert. Car depuis son poste d'observation, situé à Naoutchnyï en Crimée, a déjà fait de nombreuses découvertes, "plus de 40" comme elle se le remémore encore aujourd'hui, du haut de ses 69 ans. Là, entre les orbites de Mars et Jupiter, Lyudmila découvre un élément jusqu'alors non étudié : "L'astéroïde présente une orbite caractérisée par un demi-grand axe de 3,15 UA, une excentricité de 0,14 et une inclinaison de 12,2° par rapport à l'écliptique ", affirme la scientifique en rouvrant ses notes. Partie intégrante de la ceinture principale d'astéroïdes, l'objet affiche un beau gabarit, 30 km de diamètre environ.

Alors, Lyudmila s'affaire. La journée du 21, elle revoit les calculs, affine ses résultats et présente fièrement sa découverte à la communauté scientifique. Pourtant, l'inscription de l'astéroïde au MPC (Minor Planet Center), qui recense les corps découverts dans l'espace, attendra : "Pour que la planète soit officiellement reconnue, il faut des données orbitales très précises, jusqu'à la cinquième décimale. Ainsi, ce n'est qu'après que d'autres observatoires ont travaillé sur cet astéroïde, ce qui n'a été fait qu'en 1986, et lui ont affecté de nombres constantes…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant