Lettre d'adieu pour votre der' en Ligue 1

le
0
Lettre d'adieu pour votre der' en Ligue 1
Lettre d'adieu pour votre der' en Ligue 1

Titre déjà joué, deuxième place également, zone rouge complète : cette ultime journée de la saison en Ligue 1 n'offre que peu d'intérêt sportif, mais au moins elle est l'occasion de saluer ceux qui vont certainement ou très probablement quitter notre bon vieux championnat. Gros poutous les gars, vous allez nous manquer, et bonne chance pour la suite.

Salut André-Pierre, salut aussi à toi André. Vous qui vous apprêtez à nous quitter pour tenter très probablement l'aventure étrangère, sachez bien qu'on ne vous oubliera pas. Qu'on est conscient de ce que vous avez apporté à notre bonne vieille Ligue 1. Ouais, ouais, pas seulement à Marseille. Toi, André-Pierre, avec ta palanquée de buts mais aussi de quoi alimenter des heures et des heures de discussions de plateau télé, de cafés du commerce, de bistrots. Ta grande gueule, tes excès, ton caractère et tes récurrents kilos en trop, on s'en moquait parfois mais qui aime bien châtie bien, n'est-ce pas ? Toi André, monstre de générosité, tu as mouillé le maillot marseillais comme peu l'ont fait ces dernières saisons. T'inquiètes que ça ne sera pas oublié. Tu as su prendre la barre du navire marseillais quand il le fallait, quand parfois il partait à la dérive et que les supporters étaient en mal d'individualités à soutenir et à applaudir. T'as été là, solide, pro, passionné, bonhomme. Une dernière faveur : vous deux qui partez certainement, dites à votre boss Marcelo de rester encore un peu ici, parce que la Ligue 1 a besoin d'un gars comme lui. Dites-lui bien et bisous à vous. Oh, et André-Pierre, un truc encore : si c'est en Russie que tu vas, passe le bonjour à Mathieu, dis-lui qu'on ne l'oublie pas.

Mais si on t'aime Pascal !


Salut aussi à ce bon vieux Pascal ! Ah là, là, toi et ton ETG, quelle histoire Mon Dieu ce que t'as été chiant, agaçant, râleur, incroyable de mauvaise foi Tu le sais tout ça, je suis sûr que t'en as même joué un peu. Allez, avoue, tu peux maintenant. T'as fait ton gros relou, t'as irrité tout le monde et pourtant tu vas nous manquer. Ben si, vrai de vrai, parce que derrière ta façade bougonne, se dissimule un faux méchant. Un mec qui aimerait tellement qu'on l'aime et qu'on reconnaisse son travail, un mec en manque d'affection qui aimerait tellement aussi que l'opinion aime plus son club. Juste un peu quoi Un mec qui a réussi à offrir le très haut niveau du football au pays des pistes noires, du vin chaud et des fromages fondus. T'as été un costaud, t'as endossé le rôle du vilain de la Ligue 1 avec charisme. Respect. On te souhaite bonne chance pour la suite et qui sait, peut-être à très bientôt ?

Salut Gervais, le roi de la glace ! Pff, c'est vraiment trop con cette histoire d'Azerbaïdjan Quand t'as commencé à t'acoquiner avec ton petit moustachu de là-bas,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant