Les yeux dans l'Euro

le
0
Les yeux dans l'Euro
Les yeux dans l'Euro

Instaurée par l'UEFA lors de l'Euro 2012 en Ukraine et en Pologne, ainsi que dans de nombreux championnats européens, l'audio-description a fait ses premiers pas dans les stades de l'Hexagone début juin. Pour le plus grand bonheur des supporters de foot aveugles ou malvoyants et des jeunes commentateurs bénévoles qui apprennent le métier sur le tas.

" Il y a deux choses qui ont changé ma vie depuis que je suis malvoyant, c'est le cécifoot et l'audiodescription. " Kévin Vanderborght, 32 ans, est un supporter des Diables rouges comblé. Pas tant grâce au parcours moyen de la sélection belge, salement sortie de l'Euro par le Pays de Galles, en quarts de finale, mais plutôt grâce au système d'audio-description, mis en place par l'UEFA dans les stades français durant la compétition. Comme son nom l'indique, l'audio-description permet à des personnes aveugles ou malvoyantes de pouvoir se rendre dans les stades et de suivre les rencontres comme tout bon supporter, grâce à des commentateurs un peu spéciaux qui leur soufflent dans l'oreillette ce que leurs yeux ne peuvent pas voir. " En tout, j'ai dû voir une dizaine de matchs, notamment tous ceux des Diables rouges, raconte Kévin. Je dois dire que s'il n'y avait pas eu l'audio-description je n'y serais pas allé. "

Partenaire de l'UEFA, l'association CAFE (Centre pour l'Accès des stades de Football en Europe), en collaboration avec la fédérations des Aveugles de France, a été chargée de mettre en place un système d'audio-description qui a déjà fait ses preuves en d'autres lieux par le passé. " On a développé ça en Belgique, pas uniquement pour le football, mais aussi pour le basket et l'athlétisme, explique Jean-Marc Streel, journaliste belge à la RTBF qui est impliqué depuis de nombreuses années dans l'accessibilité du sport aux personnes déficientes visuelles. Après ça, on a aussi eu l'occasion de partir au Brésil lors de la Coupe du monde 2014 afin d'essayer ce système lors d'une grande compétition. Du coup, quand on a appris que l'UEFA avait lancé une demande à ce sujet, on a immédiatement répondu à un appel d'offre et notre dossier a été retenu. "

" Le basique ne suffit pas "


Voilà comment Julien Ronca, 21 ans, étudiant en Licence de journalisme à l'IEJ de Marseille, s'est retrouvé à jouer les apprentis commentateurs, lors de 6 matchs de l'Euro 2016. " Notre école a reçu une invitation de la part de CAFE et je n'ai pas hésité un seul instant à postuler.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant