Les VTC bousculent tout sur leur passage

le
1
Les VTC bousculent tout sur leur passage
Les VTC bousculent tout sur leur passage

Dans la guerre commerciale acharnée que se livrent les véhicules de transport avec chauffeur (VTC) et les taxis, les VTC semblent prendre désormais une bonne longueur d'avance. C'est en tout cas ce qui se dégage d'une étude* menée par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), parue ce matin, et que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » a pu consulter en exclusivité.

« L'arrivée du VTC en 2010 a provoqué une diminution de plusieurs autres usages liés à la voiture, observe Mathieu Chassignet, du service transports et mobilité à l'Ademe. A commencer par celui du taxi. » En effet, avant les VTC, les usagers utilisaient le taxi en moyenne 2,2 jours par mois. Aujourd'hui, ce chiffre est tombé à seulement... 0,5 jour (voir l'infographie) ! Un coup dur donc pour les G7, Allocab, Alpha Taxis et autres Taxis Bleus.

A titre de comparaison, les VTC ont poussé leurs usagers à prendre les transports en commun en moyenne un jour de moins par mois, pour passer de 14,5 jours à 13,5 jours. Les VTC prennent donc une plus grande part de marché aux taxis qu'aux différents transports en commun.

Bonne nouvelle : le seul mode de déplacement dont la fréquence d'usage augmente — légèrement — est... la marche ! Les adeptes des VTC utilisent leurs pieds en moyenne 0,4 jour de plus par mois. Pourquoi ? « Tout simplement parce que les VTC ont créé de la mobilité, reprend l'expert de l'Ademe. Un tiers des usagers des VTC vont jusqu'à dire que cela leur a permis de participer à des activités qui ne leur étaient pas accessibles auparavant. » La nuit par exemple, à certaines heures où l'offre de taxis vient à manquer, et où le VTC leur permet aujourd'hui de rentrer plus tard. Avec ainsi un impact économique positif sur les commerces de nuit en centre-ville : restaurants, cafés ou encore boîtes de nuit.

Autre point pour le moins surprenant de l'étude : l'impact des VTC sur le trafic et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.