Les vrais desseins d'Hervé Falciani, l'ancien informaticien de HSBC

le
2
Hervé Falciani, ici en 2009.
Hervé Falciani, ici en 2009.

En octobre dernier, le ministère des Finances français recrute Hervé Falciani, ancien informaticien de la banque HSBC à Genève. "Il s'est rapproché de nous pour exprimer un souhait de partager son expertise avec l'administration fiscale", explique Bercy pour justifier cette embauche. De son côté, Hervé Falciani, 42 ans, annonce son objectif de créer une "cellule de défense économique" grâce à son "réseau qui regroupe la crème des experts mondiaux" et "d'"autres lanceurs d'alertes". Ce Franco-Italien s'est fait connaître à la veille de Noël en 2007 en quittant précipitamment la Suisse avec, dans son ordinateur, 127 000 noms de clients étrangers possédant un compte chez HSBC. Malgré cette incontestable notoriété, le recrutement d'Hervé Falciani demeure malgré tout fort surprenant. Non seulement il n'a aucune compétence financière, mais ce n'était qu'un modeste employé, parmi les 150 informaticiens travaillant chez HSBC Suisse. Monnayer les données dérobées Né à Monaco le 9 janvier 1972, Hervé Falciani a, selon ses propres déclarations faites au Ministère public de la Confédération le 22 décembre 2007, commencé sa carrière professionnelle à la sécurité des Bains de mer (SBM) à Monaco, puis il a été caissier, de 1992 à 2000. Il a obtenu en 2006 à l'université de Nice un master en data mining (exploration de données). La même année, HSBC Suisse l'engage définitivement. Mais, surtout, Hervé Falciani n'a rien du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 23 jan 2014 à 15:25

    Si ce hacker a recelé des données sur des persones n'ayant rien à se reprocher, il faut le sanctionner vigoureusement.

  • mlaure13 le jeudi 23 jan 2014 à 09:22

    Manolito36...si je filme sans son accord de ma fenêtre un délinquant qui agresse quelqu'un, je n'ai pas son autorisation, j'attaque son droit à l'image mais si ma vidéo permet son identification, sa culpabilité reste indéniable. Falciani est vénal, voleur, mais si son larcin nous permet d'identifier des fraudeurs (voir pire, en suisse l'argent n'a pas d'odeur) alors payons le, il s'agit d'un investissement.