Les vrais chiffres du remplacement des instits

le
10
Les vrais chiffres du remplacement des instits
Les vrais chiffres du remplacement des instits

Mieux vaut aller à l'école à Poitiers qu'à Saint-Denis. Selon les données confidentielles de la Direction générale de l'enseignement scolaire (DGesco) que nous nous sommes procurées, 659 293 journées d'absence des professeurs du premier degré n'ont pas été remplacées durant l'année scolaire 2012-2013. Le taux de remplacement s'élève à 87,96 % au niveau national, mais de nombreuses académies affichent des moyennes beaucoup plus basses comme la Corse. Là, le taux de non-remplacement des enseignants est de 26,8 % (soit seulement 73,2% de profs remplacés), alors qu'à Poitiers ils sont remplacés à 98,5 %.

« Le nombre de jours d'absence des professeurs n'est pas tout à fait exact, précise le ministère de l'Education nationale, car il inclut les journées prises durant les petites vacances scolaires, alors qu'elles n'ont aucune répercussion sur les écoliers. » A titre d'exemple, un congé maternité posé du 1er décembre au 1er mars comptabilisera 10 jours d'absence sur les vacances de février, alors qu'il n'y a pas classe. Une situation loin d'être exceptionnelle dans cette profession à plus de 80 % féminine. Mais les chiffres du ministère ne prennent pas en compte les absences pour formation ou les congés de longue durée...

Un nombre de postes jugé insuffisant par les syndicats

Au total, l'absentéisme des professeurs est dans la moyenne de la fonction publique d'Etat (7,3 % de taux d'absence), mais supérieur à celui du privé (4,2 %).

Le ministère calcule que les élèves perdent en réalité deux jours d'école par an en moyenne. Pourtant, entre 2009 et 2012, la situation n'a cessé de se dégrader. Rue de Grenelle, on pointe les « 80 000 suppressions de postes effectuées par Nicolas Sarkozy au sein de l'Education nationale. Les académies affichant une forte croissance démographique, comme Créteil, Lyon ou Aix-Marseille, n'ont eu d'autre choix que de couper dans les effectifs des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1310580 le vendredi 3 oct 2014 à 11:56

    qu'il est bon d'être fonctionnaire dans notre pays !

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 11:54

    M363422 tu es un profiteur de cette situation, écoute ceux que l'on appelle les remplaçants beaucoup de déprimés et sans doute de démissionnaires

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 11:51

    parité homme femme dans l'enseignement et temps complet pour tous, besoin de très peu de remplaçant dans ce cas et les jeunes enseignants auront un travail normal et non 5 ans et plus de remplacement pour 1/4 1/2 ou 3/4 de temps actuellement dans 2 ou 3 écoles différentes

  • frenchto le vendredi 3 oct 2014 à 11:23

    les profs ont un absenteisme 2 fois supérieur à celui du privé. Par ailleurs, ils sont en formation, sinon ils sont en délégation syndicale, ou encore en réunions pédagogiques bidon. Si on les mettait tous au boulot, il n'y aurait pas besoin de recruter pendant 2 à 3 ans.

  • M7403983 le vendredi 3 oct 2014 à 10:11

    Ca c'est bien balancé Aston54 !!!

  • s.thual le vendredi 3 oct 2014 à 09:28

    y a qu a voir aussi ceux portes pales ou qui se font operer(avant les vacances pour profiter pleinement de leurs conges ! ceux qui sont souvent au jardin en semaine alors que des classes sont sans prof ,sans compter ceux qui coucounent dans des bureaux a quoi faire ? si compliquer le vis des parents ou des profs qui bossent!

  • frk987 le vendredi 3 oct 2014 à 09:21

    Il y a bientôt plus de profs que d'élèves, mais il n'y en pas assez...c'est le royaume du père Ubu, notre pays.

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 09:10

    Les explications vaseuses et surtout pas très claires et va s-y que je t'embrouille: nous sommes en 2014 à l'aire électronique, il semble bien que l'éducation nationale soit encore à l'aire du mammouth.

  • Aston54 le vendredi 3 oct 2014 à 08:43

    Pas assez de profs!!!! de qui ce moque-t-on... Il n'y a qu'à remettre devant les élèves les profs en délégation syndicale ou encore tout ceux partie en formation (qui fréquement n'a rien à voir avec leurs matières). Au total, il y a environ 85 000 profs qui ne sont pas devant les élèves. sans parler des titulaires-remplaçants qui affectés à un secteur ne seront pas utlilisés pour les secteurs voisins!!!!Mais bon là on touche à un état dans l'état (n'est-ce pas le SNES, la FSU?).

  • M8252219 le vendredi 3 oct 2014 à 08:12

    Remplacement fait pendant au moins 5 ans voir plus par les jeunes enseignants(REMPLAÇANTS!) qui peuvent avoir par semaine 3 * 1/4 temps dans trois écoles dans trois villes différentes! Jeunes enseignants qui dépriment et démissionnent. Et la PARITÉ tant réclamée par les féministes devrait se retrouver dans l'enseignement qui est à 80% fémininféminin