Les vraies questions existentielles du football - épisode 6

le
0
Les vraies questions existentielles du football - épisode 6
Les vraies questions existentielles du football - épisode 6

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes. Pas de discrimination, surtout pas en ce moment.

  • Mais au fait, à quoi sert le rond central ?
    D'entrée, il faut dénoncer la discrimination honteuse dont fait l'objet le carré. Evincée du terrain de foot sans raison évidente, la figure géométrique préférée des Allemands se retrouve marginalisée. "On parle du rectangle vert, ça veut tout dire" s'amuse Eric Borghini, le président de la commission fédérale des arbitres de la FFF : "Je ne sais pas pourquoi, il faut demander aux Anglais ! Ce sont eux qui ont tout codifié. Nous, en tout cas, on n'a rien contre les carrés ". Au milieu des rectangles, seul le cercle parvient encore à se frayer la moitié d'une place aux piquets de corners ou devant la surface. Et évidemment dans le rond central, où il atteint sa plénitude et son apogée. Derrière tout ceci se cache une métaphore évidente : figure de protection légendaire, il fait office de ceinture de défense. "Le rond central sert à s'assurer que l'ensemble des joueurs sont bien postés à 9 mètres 15 au moment du coup d'envoi, à la reprise ou après un but ". De par sa forme et sa circonférence, il est le seul capable de laisser tout le monde à une distance équivalente, en attendant la résolution tant attendue de la quadrature du cercle. "Ainsi, il permet d'éviter le désordre et la mêlée après un but marqué. Imaginez-vous le contexte d'un 0-0 à dix minutes de la fin, dans quel état de frustration et d'énervement seraient les acteurs ! Sans ce rond central, tout le monde serait sur le ballon. Le rond central permet d'aérer le jeu et de calmer les choses, en introduisant un cérémonial que tout le monde doit respecter : se mettre à distance de jeu et se tenir prêt à attaquer". Si on est honnête, cela revient à dire qu'il ne sert pas à grand-chose. Mais peu importe : sans début ni fin, il reste le symbole de l'éternité, de l'infini et de la continuité. De quoi conclure, sans trembler, que "le foot ne serait pas le même sans lui ".

  • Le refroidissement des relations franco-russes influence-t-il le nombre de caviars distribués en L1?
    Face à la crise ukrainienne, la France s'est élevée. En refusant de livrer les quelques Mistral grassement vendus à la...




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant