Les vraies questions existentielles du football - épisode 2

le
0

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes. Pas de discrimination, surtout pas en ce moment.

  • Comment cuisiner la feuille de match avant de la bouffer ?
    Face aux buts, il rate la cible, manque le ballon, se crochète tout seul. Au fond, la gloire attenante à l'attaquant lui importe peu. Croqueur dans l'âme, le bouffeur de feuille de match est une espèce gourmande, qui fantasme la dégustation plus qu'il n'attend la consécration. Toutefois, le met est exigeant, comme l'explique sobrement David Rathgeber, chef du restaurant l'Assiette, situé à Paris : "Mais attendez, vous mangez du papier vous ?". Plus fin dans le plat que dans la concrétisation, le bouffeur de feuille de match ne saurait se contenter d'une banale présentation du produit, sans travail d'orfèvre ou mise en abime culinaire. Car intégrer cette matière première dans la haute gastronomie nécessite du savoir et de l'imagination : "Tout dépend de quoi est faite la feuille. Si c'est de l'épinard, c'est possible. Mais on peut aussi cuisiner un poisson en papillote. Le poisson serait alors à l'intérieur du papier.". Simple outil d'un plat à plus grand dessein, la feuille ressemble à son mangeur, pion nécessaire mais finalement peu savoureux au sein du collectif. Un constat que David Rathgeber vient mettre en échec, armé de sa science de l'assaisonnement et du dressage : "On va donner du goût avec des aromates, du citron, de la tomate, du basilic, du thym, du laurier. On met ça au four, ça gonfle et on amène ça sur le client. C'est le client qui coupe sa feuille, et quand la papillote est bien réussie, l'air se met à l'intérieur et ça gonfle." Brasser de l'air, une technique universelle pour bouffer la feuille de match.

  • Les chiens peuvent-ils trouver refuge dans la niche du gardien ?
    Mais bien sûr, évidemment ! Du moins pour la plupart. Déjà la question n'est pas si farfelue que ça, puisque les chiens envahissent les terrains de football depuis des années. "Ce n'est pas le cas de tous les chiens, mais la majorité vont adorer jouer avec un ballon", explique en préambule Thomas Astorg, agent cynophile de sécurité à Paris. "Cela dépend de leur personnalité, joueuse ou non. Outre le fait que les hommes s'amusent avec, la texture et la forme les attire", poursuit-il. Naturellement appelés par le ballon et la lumière des projecteurs, les canidés ne...




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant