Les vraies questions existentielles du football - Épisode 18

le
0
Les vraies questions existentielles du football - Épisode 18
Les vraies questions existentielles du football - Épisode 18

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes.

  • Faut-il nécessairement s'intéresser à la mode pour réussir un coup du foulard ?


    Taper le ballon en faisant passer l'une de ses jambes derrière l'autre n'est pas une mince affaire. Pas plus que de porter un carré de tissu avec élégance. L'un dans l'autre, la nécessité de maitriser la technique footballistique ainsi que l'art de la sape réduirait donc grandement le nombre de personnes capables de réaliser le geste. Pourtant, et l'expérience le prouve, s'affranchir de codes vestimentaires liés au Carré Hermès n'entrave pas l'accomplissement d'un tel mouvement. Pire, et il faut le concéder, le coup du foulard serait l'apanage du beauf. La liste des derniers spécialistes en témoigne : Cristiano Ronaldo, Ronaldinho, André Ayew Autant de techniciens du ballon abonnés au mauvais goût, à la pompe dorée et à la veste trop colorée. Même Emilio Pucci, qui a démocratisé le petit bout de tissu en lui ajoutant des tons flashys, s'en retournerait dans sa tombe. Pourtant, au delà de ces considérations subjectives, il semblerait que le fait de se sentir bien dans ses fringues suffise. CR7 au mic' : "Dans ma vie de sportif, une bonne base me permet d'être performant et à mon maximum, alors j'applique le même principe pour ma vie personnelle, ma carrière et la manière dont je m'habille. ". Réussite technique, faillite esthétique, mais une confiance inébranlable en ses goûts : voici peut-être la recette pour réaliser un bon coup du foulard. Toujours plus loin, Laurent Ruquier se fendait de sa plus belle plume pour expliquer la difficulté liée au tissu : "Le foulard est un problème en soie ". Ricardo Quaresma ne dira pas le contraire.


  • Une équipe qui ferme boutique devrait-elle pouvoir jouer le dimanche ?


    Ah, le dimanche... Jour du Seigneur, du repos bien mérité, et du football, bien évidemment. Un jour béni, où, dans un monde idéal, on est censé récupérer d'une semaine de labeur éprouvante, tout en admirant son équipe développer un joga bonito des plus attrayants. Oui, mais depuis peu, les codes du monde moderne ont tout bouleversé, et alors que certaines…





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant