Les vraies questions existentielles du football - Épisode 17

le
0

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes.

  • Faut-il être athée pour crucifier le gardien ?


    En ce jour d'Ascension, rendons hommage aux gardiens crucifiés lors de face-à-face perdus avec l'attaquant adverse. En effet, si le gardien, en tant que dernier rempart, est la victime principale des buteurs sans foi, ni loi, il permet aux fans d'oublier sa faute ou les erreurs collectives qui ont pu amener à cette situation. En d'autres termes, il permet d'expier les péchés des autres, comme nous le raconte Lorenzo, de la paroisse Saint-Eustache : " Le crucifié souffre pour expier ses péchés dans le cas des bandits, et dans le cas de Jésus, il souffre pour expier les péchés des hommes, alors qu'il n'a lui-même commis aucun péché. Ils pourront bénéficier du pardon de Dieu, et accéder à la vie éternelle. " Mais alors, faut-il nécessairement athée pour prendre le rôle du bourreau ? "Les Romains ne crucifiaient pas vraiment pour des questions religieuses. La mise en croix, chez eux, étaient faite pour punir les gens. En fin de compte, c'était une peine de mort. Mais cela n'avait rien à voir avec le fait qu'ils croyaient en d'autres Dieux." Enfin, le gardien anéanti a t'il des motifs d'espoir, des raisons de se relever ? "Par la crucifixion il anéantit le péché et il introduit l'humanité à la vie éternelle ", conclut Lorenzo. Amen.

  • Quelle amende pour un billet non composté pour le prochain tour ?


    Il est des défaites plus amères que d'autres. Des revers concédés après avoir mené au score, des déceptions constatées lors d'un match retour alors que l'aller avait dirigé l'équipe sur les rails du succès. Comme si, après avoir acheté un ticket pour embarquer dans le bon wagon, un simple détail vous échappait, conduisant à la déroute. Ou pire, une mise à l'amende. Sankay, agent à la boutique SNCF située sur un grand boulevard du 10e arrondissement de Paris explique : "En cas de billet non composté, deux règles : 10 euros s'il a été acheté le jour même, 25 sinon. Et si vous ne pouvez pas payer directement, les frais de dossier rajoutent 30 euros sur l'amende. ". En clair, s'abstenir d'un dernier effort pour valider la débauche consentie coute cher. Très cher. Alors, pour s'affranchir d'un touché rectal sponsorisé par ces as du costume gris et de la casquette rigide, deux solutions : retenir la leçon, comme le PSG…




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant