Les vraies questions existentielles du football - épisode 10

le
0
Les vraies questions existentielles du football - épisode 10
Les vraies questions existentielles du football - épisode 10

Les questions les plus bêtes sont parfois, souvent, les meilleures. Sofoot.com a décidé, tous les jeudis, de répondre à trois interrogations fondamentales de tout amoureux de la balle ronde et même des néophytes. Pas de discrimination, surtout pas en ce moment.

  • Une équipe de peintres peut-elle déborder ?
    Signe des temps, le football moderne a tendance à se concentrer dans l'axe, avec des ailiers inversés à la Robben rentrant sans relâche sur leur seul pied. Une situation qui pourrait pousser les latéraux à "prendre le couloir", mais l'appauvrissement grandissant du poste (adieu Lahm et Alaba, toujours Bacary Sagna) n'aide pas vraiment. Pourtant, si aujourd'hui on veut entrer dans les buts avec les ballons, le classique centre-tête, si fort dans FIFA 2014, n'en demeure pas moins une arme offensive redoutable. Sauf que pour centrer, faut-il encore déborder. Pas facile lorsqu'on a une équipe de peintres, adepte du sacro-saint précepte martelé dès la maternelle : "Attention à ne pas déborder". Surtout si l'on en croit l'expertise d'Alain, peintre d'intérieur : "C'est impossible de déborder, on utilise du scotch pour délimiter la zone, et des bâches. On fait très attention aux éclats, faut pas en foutre partout, sinon on perd du temps à tout nettoyer après". Sûrement un adepte de Dunga. Heureusement, il reste les artistes, comme Lapinthur : "Les débordements arrivent souvent. Il faut lâcher le trait, faire exploser la couleur. L'accident est très intéressant, il donne parfois naissance à de bonnes surprises... Le débordement est même parfois nécessaire pour quelqu'un de trop minutieux, qui a peur de se lâcher. Cela libère et débloque de nouvelles opportunités. Rien de grave, que du bon". Raphaëlo Guerreiro l'a bien compris.

  • Pourquoi la Chine et l'Inde n'arrivent pas à aligner 22 joueurs potables ?
    Bon les gars, on va pas se mentir, vous êtes à chier. Une défaite 5-1 contre la Thaïlande ? Sérieusement ? Et là, c'est quoi ça ? Un retourné de Bernard Mendy ? Non mais sans déconner. Presque 3 milliards de joueurs à disposition et vous êtes toujours pas foutu de nous en sortir un qui n'a pas les pieds palmés ? Dans le même temps, l'Uruguay et ses 3,5 millions d'habitants nous offre Francescoli, Montero, Forlán, Suárez, Recoba et Cavani. L'Irlande du Nord a eu Best, le Libéria a eu Weah, la Biélorussie a eu Hleb. Et vous, toujours rien ? Pourquoi ? Comment ? Au milieu de la foule, il doit bien y en avoir un qui sait faire autre chose que jouer au badminton ou au cricket....




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant