Les voilà, les premiers héros

le , mis à jour à 06:08
0
Les voilà, les premiers héros
Les voilà, les premiers héros

La première Marseillaise a retenti à Rio hier soir grâce à l'équipe de France de concours complet.

Astier Nicolas (27 ans)  : deux médailles pour se faire un nom et un prénom

La France doit son premier titre de la quinzaine à un jeune homme que le pays va découvrir et dont il faudra apprendre à ne plus inverser le nom et le prénom. C'est bien Astier Nicolas dans cet ordre qui a gagné deux médailles hier, or (par équipes) et argent (seul) avec Piaf de B'Neville qu'il ne faut pas oublier. C'est une performance jamais accomplie par un cavalier français de complet, discipline dominée par les Anglo-Saxons : « Je suis fier d'avoir participé au renouveau d'une équipe de France un peu en peine depuis Athènes (titre en 2004). Ça fait un plaisir immense de la revoir comme une nation forte, une nation dominatrice que les autres craignent, ce qu'on était avant. On donne des médailles à la France. Tant mieux pour nous, tant mieux pour la France. J'espère qu'il y en aura plein d'autres. »

Qui est cet inconnu à la bouille de garçon sage de 27 ans et... 27e mondial ? « Un puceau », se définira-t-il lui-même dans un éclat de rire et dans la foulée du titre par équipes pour décrire son statut de bizuth des Jeux. « Un prodige, s'extasie Sophie Dubourg, la DTN. Astier est extraordinaire. Il a brillé aussi bien à poney qu'en juniors, jeune cavalier et maintenant aux JO avec la plus belle récompense pour un cavalier. Il est le seul Français de l'histoire a avoir participé à un grand championnat dans toutes les classes d'âges, du poney jusqu'aux Jeux. La plupart ne confirment pas les espoirs qu'on place en eux. Lui si, c'est dingue ! » Rien ne le prédestinait pourtant à une telle trajectoire. Nicolas a commencé l'équitation à l'âge de 5 ans comme n'importe qui à côté de Toulouse en montant dans un centre équestre avec ses quatre frères et soeurs. Sa maman était passionnée de cheval mais sa famille n'avait aucun ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant