Les villes s'intéressent de près aux minibus sans chauffeur

le
1
Présentation de la navette autonome Navya à Lyon en septembre 2015.
Présentation de la navette autonome Navya à Lyon en septembre 2015.

Samedi 3 septembre, Lyon inaugure un service de navettes autonomes, une première dans une métropole française.

C’est la grande tendance de l’été. Pour les décideurs de l’automobile et du transport, le véhicule de demain sera autonome ou ne sera pas. Tous les grands constructeurs de voitures ont leur programme, la Google Car sans conducteur sillonne les routes de Californie, Uber a démarré des tests à Pittsburgh (Etats-Unis), Singapour fait rouler ses VTC sans chauffeur, et même Airbus travaille très sérieusement sur des projets de taxis volants sans pilote.

Dans cet univers en ébullition, il existe une catégorie de véhicules sans conducteur qui a tranquillement pris une longueur d’avance : les minibus électriques. Aujourd’hui, quelques centaines de ces engins conçus pour le transport dit « du dernier kilomètre » sont réellement en service. Ils transportent du public, pas seulement des ingénieurs et des happy few. Ils roulent seuls dans des sites fermés, mais aussi sur des routes accessibles aux piétons, aux vélos et aux voitures. Ils engrangent kilomètres et expérience.

Projet pilote à Lyon-Confluence Illustration à Lyon, ce week-end, où pour la première fois dans une grande ville française et sur une aussi longue durée – plus d’un an –, des navettes autonomes, accessibles à tous, vont circuler sur une voie publique ouverte. A partir de samedi 3 septembre, deux petits bus (5 mètres) bourrés de technologie et de capteurs desserviront le quartier Confluence, situé sur la presqu’île lyonnaise, et qui regroupe 850 entreprises et 15 000 salariés.

Les véhicules sont fabriqués par l’ent...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • silvert2 il y a 3 mois

    Mais que fait on des humains dans ce systeme. On les met a la casse et on arrive a un soulévement de l'homme contre la machine,charlot revient nous sommes tous fout.Si nous ne voulons pas du populisme,donnons une place a chacun dans la sociétée.