Les villes où les loyers des bureaux sont les plus chers

le
0
Dans le classement des dix villes où les loyers des bureaux sont les plus élevés d'Europe, les valeurs affichent un écart du simple au triple. Londres se positionne toujours en leader.

Avec un loyer «prime» (quartier de prestige) établi à 1 255 ¤/m²/an, Central London (West End, Midtown, City et Docklands) détient toujours le record de la place la plus chère d'Europe. Malgré une baisse de l'activité, ce loyer «prime» a continué à augmenter tout au long de l'année en raison de la pénurie des surfaces de classe A dans le West-End et à Midtown notamment. «Ce marché a été porté par le secteur des technologies, médias et télécommunications et par les cabinets comptables», constate Dan Bayley, directeur général pour Central London chez BNP Paribas Real Estate. La City bénéficie toutefois d'une moindre cote si l'on en juge par la toute dernière transaction réalisée à 710 ¤/m²/an dans le Leadenhall Building sur 17 652 m² pris à bail par Aon, cabinet de courtage d'assurances et de réassurances.

Sur Genève, le loyer top se situe à 818 ¤/m²/an dans un marché toutefois étroit portant sur seulement 35 000 m² de bureaux.

Central Paris arrive dans le classement BNP Paribas Real Estate en troisième position avec une valeur prime moyenne de 810 ¤/m²/an, valeur parfois dépassée dans le VIIe arrondissement, qui fait désormais partie du Paris QCA (Quartier central des affaires).

Moscou se hisse à la quatrième place avec un loyer de 544 ¤/m²/an qui peut dans l'hypercentre atteindre les 800 ¤/m². À l'inverse, sur certaines artères moins cotées, le loyer baisse: sur Leningradskoe Higway, 39, dans l'immeuble Olympia Park, près de 30 000 m² ont été pris à bail par Kaspersky Lab à 465 ¤/m²/an.

Milan garde la cinquième place à 520 ¤/m²/an, affichant une stabilité des loyers malgré une hausse des transactions de près de 10 %. Les cinq autres villes ne franchissent pas le seuil des 500 ¤/m²/an. Stockholm s'en rapproche toutefois avec un loyer prime de 484 ¤/m²/an après une hausse de près de 13 % en un an, talonnée par Luxembourg à 480 ¤/an/m² en augmentation de 5,3 %

Avec 432 ¤/m²/an, Francfort reste toujours la première ville allemande en valeur locative et en activité malgré une augmentation des loyers d' à peine 3 % et une stabilité des transactions.

Rome maintient ses 420 ¤/m²/an depuis presque deux ans malgré une chute, cette année de 12 % de son activité. C'est aussi la seule ville du Top Ten à n'avoir pas progressé en valeur durant ce laps de temps.

Munich arrive en dixième position à 396 ¤/m²/an. «La ville connaît une croissance forte qui rejaillit sur l'immobilier de bureaux. Les loyers ont fait un bond de 10 % en un an dans une demande placée qui a presque doublé en un an, passant de 599 000 m² à 883 000 m²», commente Piotr Bienkowski, président exécutif de BNP Paribas Real Estate Allemagne.

LIRE AUSSI:

» Immobilier de bureau: les marchés européens résistent

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant