Les villes ont une influence sur le climat

le
0
La circulation atmosphérique serait perturbée par les zones de fortes densités de consommation d'énergie. Il en résulterait des hivers plus doux au nord des États-Unis et des automnes plus frais en Europe.

Lorsqu'une personne chauffe son appartement à New York en hiver, elle modifie peut-être le climat à Paris en automne. Cette formulation climatique de la théorie du chaos est la conséquence potentielle surprenante de modélisations menées aux États-Unis. Des chercheurs de Floride, de Californie et du Colorado montrent dans une étude publiée dimanche dans Nature Climate Change que la consommation d'énergie, notamment dans les zones de forte densité de population, semble jouer un rôle non négligeable dans l'évolution régionale du climat.

Les scientifiques ont pour cela utilisé un modèle climatique classique dans lequel ils ont ajouté les estimations de chaleur dégagée par habitant via leur chauffage, leur voiture, etc. Sur un siècle, ce nouveau pa...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant