Les villages bradent leurs terrains pour conquérir les urbains

le
2
Les villages bradent leurs terrains pour conquérir les urbains
Les villages bradent leurs terrains pour conquérir les urbains

Une école qui ferme, des commerces ou un bureau de poste qui baissent le rideau et c'est tout un village qui perd un peu de son âme. Et, bien souvent, par la suite, une partie de ses habitants. Ce scénario noir, le monde rural — qui représente 18 500 communes, soit 59 % du territoire métropolitain — l'a connu pendant des années, traversant une longue période de déclin, de 1975 à 1990, puis de stagnation démographique. Mais, « depuis 2006, la tendance s'est inversée. Ce n'est plus la désertification rurale le problème, aujourd'hui. Ce qu'il faut, c'est développer l'Internet à très haut débit et les transports pour que les gens puissent travailler à la campagne », souligne Vanik Berberian, le président de l'Association des maires ruraux de France. Les chiffres officiels attestent de cette vitalité retrouvée, même si la population rurale ne pèse plus que 18 % de la population française (en 2007), contre 24 % en 1962.

>NOTRE FAIT DU JOUR SUR LE SUJET

Depuis 2006, les citadins sont de plus en plus nombreux à venir s'installer à la campagne. 450 000 personnes ont ainsi quitté une agglomération de plus de 100 000 habitants entre 2006 et 2011. Sur cette période, 36 000 Parisiens, plus de 4 000 Lyonnais et plus de 2 000 Marseillais, Lillois ou Bordelais ont quitté leur ville chaque année pour des contrées plus vertes.

Envie de changer de vie, besoin de nature ou, bien souvent aussi, la nécessité de fuir les prix prohibitifs de l'immobilier dans les grandes villes, les motivations de ce « retour au village » sont nombreuses. Et les initiatives — parfois très originales — de certaines communes ont permis d'accompagner, voire d'amplifier ce mouvement. Ainsi, face à la menace de voir disparaître l'une de ses classes d'école, le village breton de Berrien a réagi en décidant de vendre des terrains à un prix défiant toute concurrence : 1 € le mètre carré ! Le succès a dépassé les espérances des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 4 aout 2015 à 09:47

    Et j'ajouterai perfidement que c'est le moyen qu'a trouvé l'Etat pour compenser les retraites des paysans, on autorise la destruction de la campagne pour que le vieux paysan puisse vendre assez cher sa terre agricole et pouvoir vivre.

  • frk987 le mardi 4 aout 2015 à 09:45

    C'est un vrai drame national, plus que des lotissements qui induisent des routes, des autoroutes, de la pollution, tout ça au détriment de l'agriculture qui ne peut plus avoir suffisamment de surfaces cultivables en contigu pour être rentable. Retirons d'urgence aux maires le droit de modifier les POS.