Les vigiles d'internet protègent les infrastructures vitales de la France

le
1
Les vigiles d'internet protègent les infrastructures vitales de la France
Les vigiles d'internet protègent les infrastructures vitales de la France

Dans un grand donjon blanc planté sur les bords de la Seine, les vigiles d'internet veillent jour et nuit derrière leurs ordinateurs pour détecter et stopper les cyberattaques contre les infrastructures vitales de la France.L'immeuble de 13 étages, quai de Grenelle dans le sud-ouest de Paris, est classé secret défense. Les 350 agents de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) sont tous titulaires d'un habilitation secret défense. Et les gendarmes filtrent soigneusement les accès vers le centre opérationnel, les laboratoires ou les salles transformées en cages de Faraday pour permettre des réunions en toute discrétion.Cette agence de cyberdéfense dépend du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a visité jeudi ses locaux flambant neuf. Guidé par Patrick Pailloux, encore directeur pour quelques jours de l'Anssi avant de prendre la tête de la direction technique de la DGSE, le chef du gouvernement a vu l'ensemble du centre opérationnel."C'est ce qui se fait de mieux en matière de cybersécurité", assure Patrick Pailloux. Dans une première salle, assis derrière une batterie d'écrans, de jeunes hommes surveillent plus d'un millier de sites de l'administration.Mais ce n'est pas le désert des Tartares puisqu'ils ont détecté en 2013 quelque 400 attaques de "défiguration" (endommager l'apparence d'un site internet en modifiant la page d?accueil ou une autre page) ou de "déni de service" (rendre indisponible pendant un temps indéterminé les services ou les ressources d'une entreprise en pénétrant son système informatique)."A l'Anssi, la moyenne d'âge est de 32 ans", explique Patrick Pailloux, 48 ans, qui se classe lui-même dans les "vieux". Recrutés dans les meilleures écoles de télécommunications et d'informatique, ces jeunes ingénieurs, "sont en moyenne de niveau bac +5 et même bac + beaucoup", relève en souriant le directeur de l'Anssi.- ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 21 fév 2014 à 09:33

    Mouais....quand je vois la protection informatique des organismes d'Etat , il y a de quoi prendre peur......