Les victimes n'ont toujours pas été indemnisées

le
0
Les victimes n'ont toujours pas été indemnisées
Les victimes n'ont toujours pas été indemnisées

Pas un euro n'a encore été versé. Près d'un an après l'accident du TGV Est, les victimes et les proches des personnes décédées attendent toujours d'être indemnisés. Une situation mal vécue, certains soupçonnant même la SNCF et Systra de « se débrouiller pour que ça ne fonctionne pas en multipliant les demandes de documents pour gagner du temps ».

 

Du côté de la compagnie ferroviaire et de sa filiale, on justifie ces longueurs par la complexité du dossier, certaines victimes relevant de l'accident du travail quand d'autres, invitées lors de ces essais, ne sont ni des salariés ni même des clients puisqu'elles ne disposaient pas de billets. « Il y a plusieurs assureurs qui interviennent, détaille la compagnie ferroviaire. Et les expertises médicales n'ont commencé qu'en juillet. Au final, tout cela prend du temps. »

 

Une réponse loin de satisfaire plusieurs victimes qui rappellent que dans ce genre de drame généralement 70 % de l'indemnisation sont versés rapidement, tandis que les 30 % restants, dont le montant effectif dépendra des expertises, sont payés plus tardivement.

 

Égalité de traitement

 

Dans tous les cas, ces indemnisations font l'objet d'un protocole signé début mars entre la SNCF, Systra et les victimes. Le principe de base est de considérer toutes les victimes sur un plan d'égalité. Pas question que les cheminots soient mieux traités que les autres ou vice-versa. « Nous avons pris un engagement pour appliquer le haut du barème d'indemnisation pour tous, répète la SNCF. Et hors indemnisation, nous avons eu un regard bienveillant pour aider les victimes qui en avaient besoin, notamment pour des déménagements.

 

Le 14 novembre, une cérémonie sera organisée sur les lieux du drame, en présence notamment de Juliette Méadel, secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, indique la SNCF. A cette occasion, une stèle sera dévoilée et un petit jardin du souvenir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant