Les vices cachés d'une prothèse de hanche

le
0
Malgré des alertes lancées à l'étranger, le fabriquant DePuy a tardé à retirer des implants défectueux du marché français.

Après PIP, la saga des prothèses défectueuses continue. En juillet 2010, sous la pression des autorités sanitaires françaises, Johnson & Johnson a été contraint de retirer du marché français un modèle de prothèse de hanche. Un an après la même interdiction mise en place aux Etats-Unis en 2009. Comment les patients français ont-ils pu recevoir un implant, alors qu'il était déjà considéré comme défectueux aux Etats-Unis et en Australie? Cette affaire révélée en France par Le Figaro relance la question d'une meilleure régulation internationale des dispositifs médicaux.

Le scandale des prothèses de hanche ASR serait presque passé inaperçu si le géant américain Johnson & Johnson ne venait de provisionner trois milliards de dollars en prévision des procès à venir.

Les prothèses de hanche ASR, fabriquées par sa division orthopédique DePuy, et commercialisées de 2003 à 2010 se sont avérées défectueuses, entraînant un taux de reprise anormalemen

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant