Les VI sélectionneurs

le
0

Après une Coupe du monde ratée, la France et l'Angleterre débuteront le Tournoi des VI Nations avec un nouveau sélectionneur, respectivement Guy Novès et Eddie Jones. En revanche, Vern Cotter, Jacques Brunel, Warren Gatland et Joe Schmidt sont toujours là.

France : Guy Novès (Français, 62 ans)
Quatre ans après avoir refusé le poste pour des raisons personnelles, Guy Novès a pris les commandes du XV de France. A 62 ans, le successeur de Philippe Saint-André a laissé derrière lui Toulouse, où il a remporté dix Boucliers de Brennus et quatre Coupes d’Europe, pour tenter un dernier défi. L’ancien ailier international (7 sélections de 1977 à 1979) veut imposer ses méthodes et son autorité au sein d’une équipe en reconstruction. La Coupe du monde, achevée sur une énorme déculotté contre la Nouvelle-Zélande en quarts de finale, a laissé des traces. Et Novès a clairement affiché son désir de « permette aux gens de prendre du plaisir ». Pour y parvenir, le manager français, entouré de Yannick Bru - conservé comme entraîneur des avants - et Jeff Dubois, a décidé de s’appuyer sur des joueurs d’avenir et un projet de jeu plus offensif.

Angleterre : Eddie Jones (Australien, 55 ans)
C’est un changement radical qu’ont opéré les dirigeants de la fédération anglaise. Après le terrible échec de la Coupe du monde organisée à domicile, le XV de la Rose se devait de réagir. Exit Stuart Lancaster donc et place au premier entraîneur étranger en la personne d’Eddie Jones. L’Australien est bien sûr un technicien reconnu. Après avoir conduit les Wallabies en finale en 2003, perdue d’ailleurs contre l’Angleterre, consultant lors de la victoire de l’Afrique du Sud en 2007, Jones s’est encore illustré lors de la dernière Coupe du monde. Sélectionneur d’une étonnante sélection japonaise, victorieuse notamment de l’Afrique du Sud, l’Australien a impressionné. Il doit désormais redonner des couleurs à ce XV de la Rose bien terne l’automne dernier. Une de ses premières décisions fortes a été de confier le capitanat à Dylan Hartley.

Italie : Jacques Brunel (Français, 61 ans)
C’est l’autre technicien français de cette compétition. En place depuis 2011, l’ancien adjoint de Bernard Laporte chez les Bleus va vivre son dernier Tournoi des VI Nations avec l’Italie, avant de laisser sa place à l’Irlandais Conor O’Shea. Après une Coupe du monde ratée, Jacques Brunel a décidé d’insuffler du sang neuf dans son groupe, par choix mais aussi en raison de nombreuses blessures évidemment handicapantes. Autant dire que cette ultime campagne s’annonce périlleuse pour le Gersois de 61 ans, surtout avec deux premiers matchs contre la France et l’Angleterre.

Pays de Galles : Warren Gatland (Néo-Zélandais, 52 ans)
Sélectionneur du pays de Galles depuis 2007, le Néo-Zélandais Warren Gatland est un technicien très respecté. Avec le XV du Poireau, il a remporté deux Grands Chelems en 2008 et 2012, mais aussi le Tournoi en 2013. Après une troisième place l’an dernier (à égalité de points avec l’Irlande et l’Angleterre) puis une Coupe du monde conclue sur un quart de finale perdu contre l’Afrique du Sud, l’ancien talonneur espère retrouver les sommets dans ce Tournoi 2016. « Candidat naturel » pour diriger les Lions Britanniques en 2017, selon le directeur exécutif John Feehan, comme en 2013, Gatland espère déjà bien négocier le premier match du Tournoi, dimanche contre l’Irlande à Dublin.

Irlande : Joe Schmidt (Néo-Zélandais, 50 ans)
Plus jeune sélectionneur de ce Tournoi, nommé à la tête du Trèfle en 2013 en remplacement de Declan Kidney, l’ancien adjoint de Vern Cotter à Clermont s’est de tout de suite imposé en Irlande. Aussi bien avec le Leinster (deux Coupes d’Europe) qu’avec la sélection. Lors de ses trois Tournois, il a conduit son équipe à deux reprises à la victoire finale en 2014 et 2015. Autant dire que Schmidt entend bien réussir la passe de trois. La Coupe du monde achevée en quarts de finale contre l’Argentine et les difficultés des provinces irlandaises en Champions de Cup pourraient malgré tout annoncer des mois plus compliqués.

Ecosse : Vern Cotter (Néo-Zélandais, 54 ans)
Après être passé tout près des demi-finales de la dernière Coupe du monde, en s’inclinant d’un petit point (35-34) contre l’Australie, Vern Cotter espère confirmer lors de ce nouveau Tournoi. Une compétition qui ne réussit pas franchement à ses joueurs ces dernières saisons (cinquièmes en 2014, sixièmes en 2015). En place depuis 2014, l’ancien entraîneur de Clermont, que Jamie Cudmore aimerait d’ailleurs voir revenir en Auvergne, entend bien continuer à produire du jeu tout en rendant sa défense plus hermétique. Le Néo-Zélandais de 54 ans a logiquement opté pour la stabilité pour débuter la compétition. Treize joueurs alignés samedi contre l’Angleterre étaient ainsi déjà titulaires lors de la défaite face aux Wallabies.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant