Les vêtements connectés, encore vus comme "absurdes" ou "anecdotiques"

le
0
Les vêtements connectés, encore vus comme "absurdes" ou "anecdotiques"
Les vêtements connectés, encore vus comme "absurdes" ou "anecdotiques"

Les Français connaissent peu l'existence des vêtements connectés qui recueillent des données comme le rythme cardiaque ou les calories dépensées, et les jugent majoritairement "absurdes" et "anecdotiques", selon le baromètre Orange/Terrafemina diffusé mercredi en exclusivité par l'AFP.Pour la vingt-et-unième vague de ce baromètre sur les usages numériques des Français, dédié cette fois-ci aux vêtements connectés, l'institut Pollingvox a interrogé en ligne un échantillon de 997 personnes, représentatif de la population internaute française âgée de 18 ans et plus, du 2 au 3 avril.Baptisé "Sommes-nous prêts à voir nos corps connectés?", l'étude passe en revue différents objets et vêtements connectés existants, comme des montres, lunettes, vestes GPS et Tshirts permettant permettent de mesurer l'activité physique d'une personne, ou le niveau d'ensoleillement reçu par la peau chaque jour, et même des couches qui alertent les parents par tweet dès qu'il est nécessaire de changer bébé.67% des personnes interrogées indiquent n'avoir jamais entendu parler des vêtements connectés.Lorsqu'on leur présente des exemples de vêtements de ce type, les avis ne sont pas tranchés sur un Tshirt permettant d'évaluer le rythme cardiaque: 49% des sondés le jugent ainsi "utile" ou "intéressant", contre 50% qui le trouvent "anecdotique" ou "absurde".Les avis sont plus négatifs concernant les couches pour bébé qui alertent les parents: 66% les qualifient d'"anecdotiques" ou d'"absurdes".Pour 63% des sondés, les vêtements connectés vont rester réservés à certaines personnes, comme les sportifs, seuls 36% pensant qu'ils vont se généraliser.Leur apparition est plutôt vue comme "un risque, qui renforce le nombre de données disponibles sur chaque individu" (69% des personnes interrogées) que comme "une chance" débouchant sur des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant