Les ventes mondiales de téléviseurs 3D décollent enfin

le
0
Les écrans en relief représenteront 12% du marché dès cette année, selon une étude du cabinet DisplaySearch.

Le boom des ventes de télé en 3D, tant espéré par les fabricants et les distributeurs, est enfin là. Attendu au printemps l'an passé, il n'a eu lieu qu'au premier trimestre 2011, selon le cabinet d'études DisplaySearch. En un an, les ventes ont bondi de 104%. L'année dernière à la même époque, l'offre était certes quasi inexistante, alors qu'aujourd'hui toutes les grandes marques ont une offre conséquente.

«Bien entendu, il reste encore de nombreux défis à relever par cette industrie pour promouvoir la télé 3D auprès des consommateurs finaux: comme un contenu inadéquat, la présence de scintillement ou d'interférences qui peuvent donner le tournis, le prix, des lunettes inconfortables et la confusion entre les différentes technologies 3D», résume David Hsieh, vice-président DisplaySearch pour la Chine.

Il n'empêche, les efforts des fabricants pour promouvoir cette technologie, qui doit leur permettre de soutenir à la fois la demande et les prix de vente, ont commencé à porter leurs fruits. Au premier trimestre, les ventes d'écrans pour télé en 3D ont représenté 3,9% du marché. Sur cette période, 1,88 million de téléviseurs 3D ont été vendus dans le monde. À souligner: les télé «passives» ou «polarisées» sont passées devant les «actives». Dans ce dernier cas, les lunettes à utiliser pour regarder la 3D sont plus lourdes, dotées de batteries, il faut donc les recharger. DisplaySearch s'attend à ce que les télé 3D réalisent 12,3% des ventes sur l'année entière et plus de 20% début 2012.

Maintenir la qualité pour la diffusion en 2D

Les fabricants consentent de nombreux efforts pour stimuler l'intérêt des consommateurs. Cela passe notamment par l'amélioration des lunettes, qui restent nécessaires pour regarder la télé en relief. Elles sont moins chères, plus faciles à utiliser, mieux dessinées et plus confortables.

Les industriels ont surtout fait preuve de pragmatisme. Puisque les possesseurs de télé 3D passeront la plupart de leur temps à la regarder en 2D, il a fallu maintenir la qualité de l'image pour cette dernière, «y compris la full HD et la luminosité», souligne DisplaySearch. Un des grands défis technologiques a été de parfaire le ­rendu du noir, pour qu'il soit vraiment noir. Le développement des LED (qui sont désormais utilisées pour le rétro-éclairage des écrans) a largement contribué à cette amélioration.

Reste une variable importante, sur laquelle les fabricants ont peu d'emprise: le contenu. Même si les marques, comme Samsung avec un nouveau service de VOD, cherchent à faciliter l'accès à la 3D, elles ne maîtrisent pas encore la production de contenu. Et celui-ci reste encore très faible. «Les diffuseurs attendent que les foyers soient mieux équipés pour se lancer davantage dans la 3D», souligne le porte-parole d'une maison de production.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant