Les ventes d'aspirateurs robots s'envolent en France

le
0
Cette année, 130.000 exemplaires ont été vendus. C'est le segment le plus dynamique de l'électroménager.

Il faudra s'y habituer. L'aspirateur de demain pourrait ressembler à cela: une galette qui se déplace toute seule. En dépit d'un prix moyen relativement élevé, 330 euros, pouvant dépasser les 700 euros pour les modèles les plus sophistiqués, les ventes d'aspirateurs robots ont triplé en deux ans en France. Il s'en est vendu 130.000, pour un chiffre d'affaires de 45 millions d'euros. C'est le segment de marché le plus dynamique de l'électroménager.

«Cela prouve qu'il est encore possible d'innover dans un domaine qui n'a pas connu de réel bouleversement depuis près de vingt ans, s'enthousiasme Didier Bollé, directeur de LG Électroménager en France. L'innovation n'est pas réservée au high-tech. »

D'ailleurs, les premiers consommateurs à avoir craqué pour un aspirateur robot sont généralement les mêmes que ceux qui ont été les premiers à adopter smartphone et tablette numérique, souligne une enquête faite par le Gifam (Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager). En Corée, ces aspirateurs, qui sont livrés avec des télécommandes, donnent même lieu à l'organisation de tournois de football qui drainent une foule de passionnés. Mais en France, les ventes d'aspirateurs robots ont surtout décollé avec l'arrivée d'appareils performants.

Un équipement d'appoint

L'américain iRobot détient toujours le leadership, devant les deux coréens Samsung et LG. Ils commercialisent des produits plutôt haut de gamme, vendus entre 400 et 550 euros. Ils sont dotés de caméras qui leur permettent de se repérer dans l'espace, d'éviter les meubles et de retrouver leur base pour venir automatiquement y recharger leurs batteries. Mais les marques s'inquiètent de l'arrivée sur le marché de produits moins onéreux, mais moins efficaces. «Cela risque de créer une pression déflationniste et de décrédibiliser l'ensemble de l'offre», s'inquiète Didier Bollé, qui annonce d'ores et déjà le lancement d'un prochain aspirateur carré au printemps prochain: «Cela permettra d'aller dans les coins.»

Car les aspirateurs robots ont beau être de plus en plus performants, ils n'en restent pas moins un équipement d'appoint. Pour le grand ménage, rien ne vaut l'huile de coude et le traditionnel aspirateur. Pour la plus grande satisfaction des fabricants, qui ont réussi la prouesse de créer un nouveau segment générateur de fortes marges dans un marché déjà bien encombré.

LIRE AUSSI:

» Le smartphone bouscule le high-tech

» Électronique: les Français réduisent leurs dépenses

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant