Les Védrines face au «diable» de Monflanquin

le
0
Au premier jour du procès à Bordeaux, le «gourou» Thierry Tilly, têtu et suffisant, a accumulé les élucubrations.

La peau tendue sur un visage osseux, les cheveux bizarrement coiffés évoquant un toupet au sommet d'un corps maigrichon, Thierry Tilly, 48 ans, raconte au tribunal correctionnel de Bordeaux sa grandiose existence. Accusé d'avoir asservi et spolié, pendant dix ans, une famille entière qui l'observe depuis le banc des parties civiles, et de lui avoir soustrait environ 5 millions d'euros, il se défend bec et ongles, d'une voix de tête. Vétilleux, têtu, suffisant, ergotant et, pour tout dire, insupportable, il constitue un mystère vivant: ce petit bonhomme a-t-il vraiment pu prendre possession de la raison de onze membres de la famille de Védrines, reclus pendant des mois dans leur château de Monflanquin?

D'autant que son discours laisse pantois. Les psychiatres ne lui ont trouvé aucune pathologie mentale. Or son propos d'aujourd'hui est totalement délirant. Non pas décousu, mais en complet décalage. Si M. Tilly a commis ce dont il est accusé, alors il est comme tous les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant