Les vautours africains pourraient disparaître d'ici à quinze ans

le
0
Vautours oricous, près d'une carcasse animale, dans la réserve  du Masai Mara, située dans le sud-ouest du Kenya, en septembre 2014.
Vautours oricous, près d'une carcasse animale, dans la réserve  du Masai Mara, située dans le sud-ouest du Kenya, en septembre 2014.

Essentiels sur un plan sanitaire, les charognards sont décimés, empoisonnés par les braconniers ou les paysans.

Sarah Higgins saisit une branche et l’utilise pour gratter la tête de son vautour à plumes grises. L’animal s’approche, en redemande et semble même esquisser comme un sourire. « Ces oiseaux ont mauvaise presse, on les imagine toujours méchants, pleins de sang. Mais ce sont en fait des camarades très amicaux ! », s’esclaffe-t-elle.

C’est dans sa grande maison, sur les rives du lac Naivasha (Kenya), à une centaine de kilomètres au nord de Nairobi, que cette Britannique pétillante a ouvert, il y a près de quinze ans, le Naivasha Owl Centre, un orphelinat pour oiseaux blessés, unique dans le pays.

Le lieu abrite une cinquantaine de pensionnaires, qui y trouvent de confortables volières, entretenues par quatre employés, et même un hôpital, « le seul digne de ce nom en Afrique », pavane Sarah Higgins.

Il flotte ici comme une impression d’arche de Noé volante, bercée par les appels des aigles criards, pêcheurs et huppards. A l’ombre des acacias, un Grand-duc somnole, à peine dérangé par les marabouts et autres pélicans qui se promènent dans le jardin.

Situation gravissime Un enclos spécial accueille les deux vautours du centre : un de l’espèce oricou et un autre dit « de Rüppell ». « Il est très rare qu’on en recueille », explique la maîtresse des lieux. En effet, les vautours font partie des groupes d’oiseaux les plus menacés au monde. Sur les huit principales espèces présentes en Afrique, quatre sont classées en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant