Les valeurs télécoms dévissent après l'échec des négociations Orange / Bouygues

le
1
Une boutique Bouygues Telecom et une boutique Orange. (© L. Grassin)
Une boutique Bouygues Telecom et une boutique Orange. (© L. Grassin)

Le suspense aura été digne d'un série américaine. Mais après des négociations longues et difficiles, c'est finalement le non qui l'emporte. Orange et Bouygues n'ont pas réussi à s'entrendre pour que l'opérateur historique mette la main sur la filiale télécoms du conglomérat. En Bourse, la réaction est immédiate et brutale : Numericable-SFR cède 16%, Bouygues 16%, Iliad 15% et Orange 6%.

Pourquoi une telle issue ? Pour la majorité des experts, si l'opération était à l'origine compliquée, dans la mesure où elle impliquait le numéro un du secteur, les responsabilités de l'échec sont largement partagées par l'ensemble des acteurs. Dans un entretien au Figaro, Martin Bouygues a lui expliqué l'échec des négociations par le manque de volonté de l'un des quatre opérateurs de les voir aboutir.

Saluant «le travail très important de Stéphane Richard», le PDG d'Orange, qui a mené les négociations, il a observé : «Si nous étions quatre à la table des négociations, nous n'étions que trois à vouloir aboutir. Manifestement, l'un des protagonistes nourrissait l'ambition d'avoir le maximum en payant le minimum, tout en gardant la possibilité de se retirer.»

Interrogé sur le fait de savoir s'il désignait Xavier Niel, le patron de Free, Martin Bouygues s'est contenté de répondre : «Je laisse chacun libre de ses interprétations.»

 

L'État n'a pas forcément

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 il y a 8 mois

    à terme tout le monde est perdant, même le client qui voit la qualité de service s'effondrer chez tous les opérateurs.