Les valeurs suivies à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
BNP PARIBAS DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE
BNP PARIBAS DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 avance de 0,68% à 4.172,83 points à 12h50 après avoir perdu plus de 3% au cours des deux séances précédentes.

Les marchés d'actions rebondissent prudemment avant l'issue, mercredi, de la réunion du FOMC de la Fed dont la décision de réduire le montant de ses achats d'actifs a fragilisé les marchés émergents :

* Les FINANCIÈRES et les CYCLIQUES sont les principaux moteurs du rebond, les produits de base (+1,5%), les assurances (+1,6%), les banques (+1,26%) et les services financiers (+1,1%) signant les plus fortes hausses sectorielles en Europe.

BNP PARIBAS (+2,2%), AXA (+3%), AIRBUS GROUP (+2,9%), SOCIETE GENERALE (+2%) et ARCELORMITTAL (+3,6%, plus forte hausse du CAC 40) sont les principaux contributeurs à la hausse du CAC 40.

La compagnie viêtnamienne VietJetAir a annoncé qu'elle finaliserait en février une commande de neuf milliards de dollars pour 92 avions Airbus afin de développer son offre sur un marché asiatique du low cost en plein essor.

* PUBLICIS GROUPE gagne 2,4%, dopé par une note de Barclays qui estime qu'une "star du cash-flow est née" grâce à la fusion avec Omnicom. Le broker surpondère Publicis, Omnicom (dont il entame la couverture) et WPP mais, en raison d'un différentiel de valorisation, penche davantage pour le français et l'américain.

Au sein du SBF 120, les biotechs se détachent.

* SARTORIUS STEDIM (+6%) signe la deuxième plus forte hausse de l'indice après avoir publié un chiffre d'affaires annuel en forte progression et dit tabler sur une croissance de ses ventes d'environ 11% à 14% en 2013 à changes constants, dont quelque 6% provenant de récentes acquisitions.

* AB SCIENCE rebondit de 7,7% et signe la plus forte hausse de l'indice après une chute de plus de 24% au cours des deux séances précédentes, consécutive à un avis négatif des autorités européennes sur le masitinib dans le traitement du cancer du pancréas.

* INTERPARFUMS (-0,8%) a annoncé une croissance de son chiffre d'affaires trimestriel de 16,3% à 57,7 millions d'euros, hors parfums Burberry dont le groupe n'a plus la licence. En 2012, les parfums Burberry représentaient plus de la moitié du CA (68,1 millions d'euros sur un total de 117,6 millions). Interparfums prévoit un résultat opérationnel 2013 supérieur à 50 millions d'euros, traduisant une marge supérieure à 14%.

* EIFFAGE gagne 1,9% et VINCI 1,76%. Eiffage et le ministre des Transports ont annoncé la signature des nouveaux contrats de plan entre l'Etat, APRR - filiale d'Eiffage - et AREA, en vertu desquels les deux réseaux autoroutiers réaliseront 500 millions d'euros d'investissements.

Le ministre a également annoncé que la hausse définitive des tarifs des péages en France serait en moyenne de 0,8% au 1er février. En incluant la hausse de la TVA, effective elle au 1er janvier, l'augmentation ressort à 1,14%.

* JCDECAUX grimpe de 4,2% après que le groupe a publié une croissance organique de ses ventes trimestrielles supérieure aux attentes.

* TECHNIP (-1,7%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 et reste sur une tendance baissière depuis que le titre a enfoncé sa moyenne mobile à 20 jours.

* ORANGE (-1%) poursuit un mouvement baissier engagé le 20 janvier. Le titre a perdu 6,46% et a enfoncé ses moyennes mobile à 20 et 50 jours lors des deux séances précédentes.

* GDF SUEZ perd 1%. HSBC a réitéré son conseil de sous-pondérer la valeur et a abaissé son objectif de cours de 18 à 16 euros. L'intermédiaire dit qu'il faut que le groupe règle la question de "sa crise d'identité" le 27 février, lors de ses résultats annuels, pour dire s'il est une "valeur de rendement" ou une "valeur de croissance".

* KAUFMAN & BROAD perd 1,3% après avoir fait état d'un recul de 2,5% de sa marge brute en 2013 et avoir dit s'attendre en 2014 à une nouvelle contraction de cette marge dans les activités logement. "La teneur des résultats et le discours du management confortent notre scénario d'un point bas opérationnel en 2014", dit Gilbert Dupont.

Raoul Sachs, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant