Les valeurs suivies à la mi-séance à la Bourse de Paris

le
0
CRÉDIT AGRICOLE, PLUS FORTE BAISSE DU CAC 40 À LA MI-SÉANCE
CRÉDIT AGRICOLE, PLUS FORTE BAISSE DU CAC 40 À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies mardi à la Bourse de Paris, qui accuse à la mi-journée sa deuxième séance de baisse consécutive, l'inquiétude sur la croissance mondiale s'ajoutant aux doutes du marché sur la volonté de l'Espagne de demander une aide internationale.

Vers 13h, l'indice CAC 40 perd 0,41% à 3.482,78 points, au lendemain d'une baisse d'environ 1% lundi.

* CRÉDIT AGRICOLE (-2,61%, plus forte baisse du CAC 40) pâtit une nouvelle fois des inquiétudes du marché sur son exposition à la Grèce, la valeur sous-performant les autres bancaires européennes alors que le Wall Street Journal a rapporté lundi que CASA devrait injecter entre 600 et 700 millions d'euros supplémentaires dans sa filiale grecque Emporiki avant de pouvoir la vendre.

BNP PARIBAS cède 0,68%, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 0,43% et l'indice Stoxx des banques de la zone euro 0,7%, plombés par les inquiétudes sur la crise en Europe et la réticence de Madrid à solliciter une aide internationale.

* Le SECTEUR AUTOMOBILE européen (-2,4%) enregistre la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage de Continental (-4,25%). L'équipementier automobile allemand Schaeffler a placé mardi sur le marché 20,8 millions d'actions Continental, représentant 10,4% du capital de son partenaire à un prix unitaire de 77,50 euros par action, contre 81,49 euros la veille en clôture.

RENAULT recule de 1,9%, MICHELIN de 1,46% et, hors CAC 40, PSA lâche 3,11%.

* A rebours de tendance, de nombreuses valeurs offrant un profil défensif profitent du contexte d'incertitudes actuel. DANONE avance de 0,5%, PERNOD RICARD de 0,36% et ESSILOR de 0,27%. L'indice Stoxx du secteur des boissons et de l'agro-alimentaire (+0,7%) signe la plus forte hausse sectorielle en Europe.

Du côté des télécoms, VIVENDI s'adjuge 1,26%, plus forte hausse du CAC 40, au lendemain de la présentation par sa filiale SFR d'une gamme renouvelée d'offres fixes et mobiles pour tenter de riposter à la concurrence accrue sur le marché français des télécoms.

FRANCE TÉLÉCOM s'octroie 1,01%, son dirigeant Stéphane Richard ayant rassuré les investisseurs lundi sur BFM Business quant au niveau du dividende que le groupe pourra verser, souligne dans une note Espirito Santo.

L'indice Stoxx des groupes Télécoms européens perd 0,22%.

* CAP GEMINI gagne 1,19% à 33,22 euros, la valeur ayant franchi à la hausse une résistance technique située à près de 33 euros. Selon des analystes graphiques, le titre, s'il parvient à clôturer au-dessus de cette résistance, pourrait se diriger vers les 35 euros.

* EADS s'octroie 1,1% Le groupe discute avec BAE Systems d'une modification des termes de l'échange en faveur d'un plus grand poids pour les actionnaires du géant européen, selon des sources proches de la transaction.

* AREVA (+8,33%) est en tête des hausses du SBF 120. Le groupe a signé avec EDF (+0,06%) un contrat d'approvisionnement de plus de 30.000 tonnes d'uranium naturel.

* NEXITY (+5,48%) est dopé par le relèvement de recommandation et d'objectif de cours d'Exane sur la valeur à respectivement surperformance (contre neutre) et 27 euros (22,5 euros).

* ALTEN s'adjuge 1,47% après l'annonce de résultats en nette hausse au premier semestre, le groupe tablant sur une année 2012 "satisfaisante" si le contexte économique reste inchangé.

* BÉNÉTEAU abandonne 3,57% après que des analystes disent s'attendre à des difficultés en 2013 après la publication du chiffre d'affaires annuel du groupe.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant