Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Liste des valeurs à suivre mercredi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a clôturé quasi inchangé (+0,03% à 4.324,98 points), les marchés d'actions étant partagés entre la révision en hausse des prévisions de croissance du FMI et une baisse plus importante que prévu du taux de chômage au Royaume-Uni d'un côté et une saison de résultats en demi-teinte de l'autre.

* Signe de l'hésitation, les technologiques (+1,05%) et les défensives comme les services aux collectivités (utilities) (+0,74%) ou l'agroalimentaire (+0,57%) ont fini dans le peloton de tête des meilleures performances sectorielles en Europe.

* Les technos ont été dopées par ASML (+6,99%), numéro un mondial des équipements de l'industrie de semi-conducteurs qui s'est dit plutôt optimiste pour le premier semestre 2014 après avoir annoncé des résultats du quatrième trimestre supérieurs aux attentes.

* A Paris, GEMALTO (+4,24% à 89,0 euros) a signé la plus forte hausse du CAC 40, ALCATEL-LUCENT a pris 0,81% à 3,13 euros. Hors CAC, STMICROELECTRONICS a gagné 1,93% à 5,871 euros.

* CAPGEMINI, très entouré depuis le début de l'année, s'est adjugé 1,92% à 53,1 euros, UBS, qui anticipe une meilleure valorisation de la SSII en Bourse, a relevé son conseil sur la valeur de "neutre" à "acheter".

* VEOLIA ENVIRONNEMENT a gagné 1,94% à 12,365 euros et SUEZ ENVIRONNEMENT 2,07% à 14,075 euros tandis que DANONE a pris 1,67% à 52,98 euros.

* PSA (+5,76% à 11,01 euros) a signé la plus forte progression du SBF 120. Moody's a estimé que le projet d'augmentation de capital de trois milliards d'euros du constructeur automobile était favorable à la qualité du crédit de l'entreprise.

* ALSTOM (-2,47% à 23,34 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 dans le sillage d'ABB (-3,64%), qui a prévenu que son bénéfice net du quatrième trimestre serait sensiblement en dessous des attentes des analystes financiers en raison de la faiblesse des commandes reçues par sa division énergie et d'un report de projets éoliens en mer du Nord.

Cet avertissement survient au lendemain de celui du français, qui a fait chuter Alstom de près de 14%.

* LAFARGE a perdu 1,94% à 55,54 euros. Exane BNP Paribas a abaissé son conseil sur la valeur de "surperformer" à "sous-performer", jugeant trop élevées les attentes de résultats pour cette année et la valorisation peu attractive pour un groupe confronté à des défis structurels dans les marchés émergents.

* D'autres valeurs cycliques ont pâti des interrogations suscitées par une saison de résultats peu convaincante. VALLOUREC a lâché 1,92% à 38,355 euros, SOLVAY 1,7% à 104,35 euros et SCHNEIDER 1,67% à 64,12 euros.

* SCOR (-2,85% à 25,02 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120. Exane BNP Paribas a abaissé son conseil sur la valeur à "neutre", contre "surperformer" sur la valeur.

* INGENICO a perdu 1,97% à 66,02 euros. Des analystes interrogés par Reuters évoquent une consolidation de la valeur après un gain de plus de 15% depuis le début de l'année (+1% environ pour le SBF 120 dans le même temps) et avant l'annonce de ses résultats annuels le 19 février.

* TF1 a clôturé en baisse de 1,64% à 14,1 euros après avoir gagné plus de 6% en matinée au lendemain de l'annonce d'un accord conclu par la filiale du groupe de BTP Bouygues avec l'américain Discovery Communications pour lui céder le contrôle d'Eurosport International.

Si les analystes saluent l'opération, certains, comme ceux de Société générale, estiment que la valorisation obtenue par TF1 est inférieure aux attentes des investisseurs. En outre, Canal+ (groupe Vivendi) a saisi l'Autorité de la concurrence contre TF1 qu'il accuse d'"abus de position dominante" sur le marché de la publicité télévisée.

* SEB (-2,39% à 60,13 euros) a dit s'attendre à un effet défavorable des fluctuations des changes sur sa rentabilité en 2013 mais table sur un résultat opérationnel similaire à celui dégagé en 2012.

* SPIR COMMUNICATION a chuté de 7,92% à 14,3 euros. Le groupe a dit s'attendre à une perte opérationnelle de faible ampleur en 2013 en raison de la faiblesse des marchés de la publicité, de l'immobilier et de l'automobile.

Gilbert Dupont, qui conseille de vendre le titre, souligne dans une note qu'aucun élément n'a été communiqué quant aux réorganisations qui doivent être menées en interne pour redynamiser l'activité et réduire les coûts.

Raoul Sachs, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant