Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 s'est retourné dans le vert après l'annonce d'une accélération de la croissance aux Etats-Unis au 2e trimestre mais a fini en hausse modeste (+0,15% à 3.992,69 points après un bref passage au-dessus de 4.000) dans l'attente de l'issue du FOMC de la Fed après la clôture européenne, des conseils de la BCE et de la Banque d'Angleterre jeudi, et du rapport mensuel sur l'emploi américain vendredi. Sur le mois de juillet, le CAC 40 a gagné 6,79% après une perte de 5,31% en juin.

* PUBLICIS (+6,39% à 60,64 euros) a fortement rebondi et a fini en tête du CAC 40 après avoir tenu une conférence téléphonique en fin de matinée. Selon Liberum Capital, qui réitère son conseil d'achat sur la valeur, la conférence a rassuré les investisseurs en indiquant notamment que les synergies attendues de la fusion avec OMNICOM vont s'ajouter aux réductions de coûts déjà à l'oeuvre chez Publicis.

* SCHNEIDER ELECTRIC a gagné 3,1% à 59,81 euros après avoir annoncé un accord avec Invensys sur lancement d'une offre amicale sur la totalité du capital du groupe britannique d'ingénierie pour un montant de 3,35 milliards de livres sterling (3,85 milliards d'euros). . Le titre a également été soutenu par la confirmation par Schneider de ses objectifs 2013 après une accélération des ventes au deuxième trimestre.

* VALLOUREC a engrangé 2,89% à 44,37 euros, plusieurs brokers ayant relevé leur conseil et/ou objectif de cours sur la valeur au lendemain de la confirmation des objectifs annuels du fabricant de tubes d'acier sans soudure et de la nette progression de ses résultats au deuxième trimestre.

* SAINT-GOBAIN a pris aussi 2,89% à 34,85 euros. Bernstein, qui a relevé son objectif de cours sur le titre de 37 à 40 euros, s'attend à un redressement au second semestre des résultats du groupe de matériaux de construction après un premier semestre marqué par la faiblesse persistante des volumes en Europe.

* SOLVAY (-2,21% à 101,8 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 après avoir révisé en baisse ses prévisions annuelles, en raison d'un reflux de la demande de gomme de guar par les compagnies pétrolières et gazières, qui utilisent ce composant dans la fracturation hydraulique du schiste.

* TECHNIP a perdu 1,31% à 82,95 euros, poursuivant une correction sur les trois séances précédentes, subissant quelques prises de bénéfice après une progression de plus de 10% entamée le 28 juin.

* EADS, qui va prendre officiellement le nom d'Airbus, a gagné 1,39% à 44,885 euros après avoir fait état de résultats largement supérieurs aux attentes au deuxième trimestre et confirmé ses prévisions pour 2013.

* EDF a gagné 1,52% à 22,055 euros après avoir relevé son objectif de performance opérationnelle pour cette année grâce à une solide activité au premier semestre et avoir annoncé un accord qui prépare sa sortie du nucléaire américain, fortement concurrencé par le gaz de schiste.

* BNP PARIBAS a pris 1,64% à 48,635 euros, la banque ayant publié des résultats en baisse mais jugés solides et au-dessus des attentes au deuxième trimestre.

* PSA PEUGEOT CITROËN (+6,67% à 9,6 euros) a signé la plus forte hausse du SBF 120. Le groupe compte réduire davantage que prévu sa consommation de cash cette année grâce à la restructuration qu'il a engagée et aux premières synergies de son alliance avec General Motors.

* JCDECAUX a pris 2,81% à 24,12 euros, des analystes se montrant optimistes pour le spécialiste de la communication extérieure après que le groupe a renoué avec la croissance organique au deuxième trimestre.

* ALCATEL-LUCENT a encore gagné 3,83% à 1,896 euros (+14% mardi), plusieurs brokers ayant relevé leurs objectifs de cours et/ou leurs recommandations après l'annonce du redressement du résultat d'exploitation et de la progression plus forte que prévu du chiffre d'affaires de l'équipementier télécoms au deuxième trimestre.

* TELEPERFORMANCE a chuté de 5,53% à 36,4 euros, un deuxième trimestre jugé décevant ayant déclenché des prises de profit sur le titre du numéro un mondial des centres d'appel, qui a pourtant relevé sa prévision de croissance organique pour cette année.

* EUTELSAT, plus forte baisse du SBF 120, a plongé de 6,22% à 21,015 euro, l'opérateur de satellites ayant abaissé ses perspectives de chiffre d'affaires pour ses trois prochains exercices.

* CEGEDIM a chuté de 11,37% à 21,43 euros après avoir revu à la baisse sa prévision de croissance de son chiffre d'affaires pour 2013 en raison de reports de prises de commandes survenus au deuxième trimestre.

Raoul Sachs, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Matthieu Protard

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant