Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a fini en repli de 0,52% à 3.447,37 points, les Bourses européennes craignant à nouveau une récession après la publication d'un indice PMI composite qui marque une contraction de l'activité du secteur privé en zone euro en février.

* PSA PEUGEOT CITROEN a réalisé, et de loin, la plus forte hausse du CAC 40 et du SBF 120. Le titre s'est envolé de 12,06% à 16,125 euros, pour revenir en séance à son niveau de fin octobre, dans des volumes représentant sept fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur des informations selon lesquelles PSA et GENERAL MOTORS (-1,77%) sont en négociations "avancées" en vue d'une alliance.

RENAULT, qui avait bénéficié dernièrement d'arbitrages par rapport à son concurrent français, a cédé 1,87% à 40,235 euros tandis que l'équipement automobile, FAURECIA, filiale de PSA, a gagné 2,31% à 21,30 euros.

* Les FINANCIÈRES ont été pénalisées par les craintes entourant l'exécution du deuxième plan d'aide à la Grèce.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a perdu 4,42% à 23,225 euros, plus forte baisse du CAC 40, BNP PARIBAS 2,82% à 36,40 euros et l'indice Stoxx des bancaires européennes 2,45%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

CRÉDIT AGRICOLE a abandonné 3,76% à 5,011 euros à la veille de la publication de ses résultats 2011. Credit Suisse a réitéré son opinion sous-performance et abaissé son objectif de cours de 6,0 à 5,4 euros, citant notamment l'exposition de la banque à la Grèce, l'atonie des facteurs de croissance et la faible probabilité d'une remontée des profits à moyen terme après le "profit warning" de décembre.

* ALCATEL-LUCENT a perdu 4,19% à 1,85 euro, le marché doutant des ambitions affichées par le groupe dans un environnement économique moins favorable. Selon des experts du secteur, les opérateurs télécoms pourraient en effet resserrer les cordons de la bourse cette année face à la dégradation de la conjoncture, aux dépens des équipementiers télécoms.

* D'autres valeurs CYCLIQUES ont souffert en raison des inquiétudes relatives à la situation économique européenne, ARCELORMITTAL a cédé 2,7% à 16,19 euros, MICHELIN 2,11% à 53,86 euros et STMICROELCTRONICS 2,11% à 5,521 euros. L'indice Stoxx des valeurs technologiques a abandonné 1,11% et celui de la construction 0,76%.

* En revanche, SCHNEIDER ELECTRIC a pris 5,98% à 50,70 euros, deuxième plus forte hausse du CAC 40 et du SBF 120, le groupe ayant dévoilé un nouveau plan stratégique fixant un objectif de marge d'Ebita ajustée pouvant aller jusqu'à 17% à l'horizon 2014.

* ACCOR (+2,46% à 26,84 euros) s'est dit confiant pour 2012, jugeant ses perspectives d'activité favorables avec des événements comme les Jeux olympiques de Londres, les foires en Allemagne et la Coupe d'Europe de football.

* FRANCE TÉLÉCOM a progressé de 1,92% à 11,665 euros. L'opérateur anticipe une année 2012 calme sur le front des acquisitions et ne prévoit pas de cessions de grande ampleur après la vente récente d'Orange Autriche et d'Orange Suisse, a déclaré son PDG Stéphane Richard à Reuters.

* SEB (-6,63% à 61,50 euros) accuse la plus forte baisse du SBF 120 après l'annonce de perspectives 2012 jugées trop prudentes et un résultat net 2011 inférieur aux attentes.

* Deuxième plus forte baisse du SBF 120, NEXITY a fini en repli de 6,6% à 21,855 euros au lendemain d'une publication marquée par une dépréciation de survaleur ("goodwills") et la prudence du groupe immobilier pour 2012.

* AIR FRANCE-KLM (-2,93% à 4,568 euros) a annoncé une croissance limitée de son offre de sièges pour la saison d'été face aux incertitudes de la conjoncture, afin d'éviter des surcapacités qui ont par le passé rogné sa rentabilité.

Par ailleurs, selon Le Figaro, le groupe serait sur le point de nouer une alliance commerciale avec Etihad Airways, compagnie nationale des Emirats arabes unis, qui mettrait fin à des années de guerre ouverte.

* LATECOERE a perdu 4,26% à 11,68 euros, après un gain d'environ 10% depuis le début du mois. Le groupe anticipe une poursuite de la croissance de ses activités en 2012, après avoir publié des résultats 2011 portés par le cycle haussier de l'aéronautique.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant