Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour à la Bourse de Paris, qui a fini en légère hausse avant l'issue d'une réunion de la Réserve fédérale américaine, susceptible d'apporter des clarifications sur le calendrier de la remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

L'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,09% à 5.033,42 points.

* Le secteur européen de la CONSTRUCTION a fini en hausse de 1,13%, tiré par LAFARGE (+5,45% à 62,67 euros), qui a fini en tête du SBF 120 et enregistré sa plus forte progression en Bourse depuis avril 2014.

Selon une information de Reuters, Lafarge et Holcim (+2,74%) devaient réunir à nouveau mercredi soir leurs conseils d'administration pour tenter de sauver le projet de fusion entre les deux groupes, en proposant notamment que le PDG du cimentier français Bruno Lafont ne devienne pas DG de LafargeHolcim, mais seulement co-président.

* Les VALEURS offrant un profil DÉFENSIF ont grappillé du terrain dans un contexte d'attentisme avant l'issue de la réunion de la Fed. UNIBAIL-RODAMCO a grimpé de 1,07% à 255,20 euros, DANONE de 1,03% à 62,88 euros, SANOFI de 0,89% à 93,06 euros et GDF SUEZ de 0,86% à 18,85 euros.

* En revanche, le secteur AUTOMOBILE (-2,6%) a une nouvelle fois été pénalisée (-2,53% mardi) par des prises de profits avant l'issue de la réunion de la Fed. Jusqu'à lundi, les valeurs automobiles affichaient la meilleure performance sectorielle en Europe depuis le début de l'année avec un gain de 37,6%, contre +16,8% pour l'indice Stoxx 600.

RENAULT, plus forte baisse du SBF 120, a reculé de 4,36% à 83,08 euros et PSA a perdu de 2,76% à 15,16 euros. Du côté des équipementiers, VALEO a abandonné 3,18% à 135,65 euros et FAURECIA 2,44% à 39,555 euros.

* Les BANQUES de la ZONE EURO (-0,9%) ont perdu du terrain dans le sillage des établissements grecs (-8,26%), pénalisés par le regain d'incertitudes autour de la situation financière de la Grèce.

CRÉDIT AGRICOLE a lâché 1,17% à 13,075 euros, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1,02% à 42,01 euros et BNP PARIBAS 0,06% à 52,25 euros.

* LEGRAND a baissé de 1,99% à 49,29 euros. Morgan Stanley a abaissé sa recommandation sur le titre de "pondération en ligne" à "sous-pondérer".

* ZODIAC AEROSPACE (-4,33% à 33,125 euros) a accru ses pertes dans l'après-midi pour accuser sa plus forte baisse sur une séance depuis le 1er juin 2012. Airbus et Boeing ont décidé de s'impliquer dans le processus de production de l'équipementier pour tenter de remédier à des retards constatés dans la livraison de sièges d'avions, selon des informations exclusives obtenues par Reuters.

* GENFIT a reculé de 3,75% à 52,31 euros, la valeur ayant enfoncé sa moyenne mobile à 50 jours, à 55,705 euros, testée depuis plusieurs séances. Par ailleurs, selon un analyste, le titre pâtit également du renforcement des positions vendeuses de plusieurs hedge funds.

* EURONEXT s'est octroyé 2,52% à 37,185 euros. Société générale, qui conseille d'acheter la valeur, a relevé son objectif de cours de 26 à 43 euros, le broker soulignant notamment la progression plus rapide que prévu du plan de restructuration de l'opérateur boursier.

* REXEL a avancé de 1,93% à 17,95 euros, le numéro un mondial de la distribution de matériel électrique profitant de l'optimisme accru de plusieurs analystes.

* GAMELOFT a gagné 6,63% à 4,34 euros. Selon un analyste, des investisseurs, espérant l'annonce d'une bonne nouvelle, se sont positionnés sur la valeur avant la publication des résultats annuels de l'éditeur de jeux vidéo après la clôture du marché. Par ailleurs, l'éditeur a annoncé un partenariat avec Opera Software pour lancer des jeux mobile sur les marchés émergents.

* NANOBIOTIX a grimpé de 5,31% à 20,24 euros, portée par l'officialisation d'un partenariat avec CordenPharma pour la production du NBTXR3, son produit phare dans le traitement des tumeurs au stade avancé.

* CHARGEURS a fini en repli de 3,62% à 5,86 euros, effaçant ses gains de près de 3% à l'ouverture, sur des prises de bénéfices faisant suite à l'annonce d'un résultat opérationnel courant attendu à nouveau en progression en 2015.

(Alexandre Boksenbaum-Granier et Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant