Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la Bourse de Paris, qui a clôturé en légère hausse, l'attentisme et la prudence prévalant sur le marché avant la réunion jeudi de la BCE alors que le secteur de l'énergie a repris quelques couleurs après sa chute des dernières séances.

L'indice CAC 40 a terminé sur un gain de 0,25% à 4.388,30 points après avoir testé en matinée la barre des 4.400 points.

* Certaines VALEURS CYCLIQUES et FINANCIERES ont perdu du terrain avant la réunion de la BCE, le marché s'interrogeant sur l'annonce de nouvelles mesures de soutien de la part du président de l'institution Mario Draghi alors que les prix à la production ont chuté de 0,4% en octobre en zone euro.

RENAULT (-2,43% à 62,54 euros) a accusé la plus forte baisse de l'indice CAC 40, suivie par VALEO (-1,75% à 98,25 euros). ALCATEL-LUCENT a reculé de 1,06% à 2,80 euros et SCHNEIDER ELECTRIC de 0,99% à 64,72 euros. Du côté des banques, SOCIETE GENERALE a baissé de 0,48% à 39,005 euros et CREDIT AGRICOLE de 0,23% à 11,065 euros.

* A l'inverse, l'indice Stoxx du secteur européen de l'énergie a gagné 3,17%, plus forte hausse sectorielle en Europe, après avoir perdu plus de 10% depuis le 21 novembre dans le sillage de la baisse des cours du pétrole. Le secteur a également profité d'une rumeur de marché évoquant une offre de rachat de Royal Dutch Shell (+4,1%) sur BP (+4,67%).

TOTAL (+3,41% à 46,155 euros) a fini en tête des hausses du SBF 120. VALLOUREC s'est adjugé 2,88% à 25,685 euros et TECHNIP 0,67% à 52,32 euros.

* Le SECTEUR des RESSOURCES de BASE, également pénalisé ces derniers jours par la chute des cours des matières premières, a repris 0,97%. ARCELORMITTAL a avancé de 1,52% à 9,854 euros et ERAMET de 1,33% à 81,81 euros.

* LEGRAND a gagné 0,89% à 43,685 euros. Liberum a initié la couverture du titre avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours de 50 euros, le broker jugeant injustifiée la baisse de la valeur durant l'année et considérant que l'exposition du groupe à l'Europe pourrait constituer une bonne surprise.

* DASSAULT AVIATION a progressé de 7,9% à 1.084,95 euros. Les négociations avec l'Inde sur un contrat d'environ 15 milliards de dollars (12 milliards d'euros) portant sur 126 avions de combat Rafale sont "sur le point d'aboutir", a-t-on dit mardi dans l'entourage du ministre français de la Défense.

De son côté, THALES a gagné 2,94% à 43,80 euros. Un trader cite également l'effet de la confirmation par Exane BNP Paribas de sa recommandation sur le titre à "surperformance" avec un objectif de cours à 58 euros.

* NUMERICABLE-SFR a pris 2,41% à 35,305 euros, Deutsche Bank, qui a entamé le suivi de la valeur en recommandant l'achat avec un objectif de cours de 39 euros, estimant notamment que le groupe "est le leader idéal" de la consolidation des télécoms en France en raison de ses bonnes relations dans cette industrie et de sa capacité d'endettement.

L'autre trublion du secteur, ILIAD a perdu 2,71% à 194,15 euros.

* GENFIT a fini en hausse de 2,26% à 40,25 euros. La société biopharmaceutique a présenté lundi le bilan d'une étude sur son candidat médicament phare, le GFT505, montrant que tous les patients ont terminé leur période de traitement d'un an et que les chances d'atteindre les objectifs fixés étaient augmentées. (Le communiqué : http://bit.ly/1pMp5yr)

* NEOPOST a chuté de 16,08% à 48 euros, plus forte baisse du SBF 120 dans des volumes représentant 7,7 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext. Le spécialiste des solutions de courrier est tombé à un plus bas de plus d'un an et demi, à 47,305 euros, après avoir révisé à la baisse ses prévisions pour 2014.

* DASSAULT SYSTEMES s'est replié de 3,96% à 50,70 euros, la valeur se reposant sur un support technique vers 51 euros après avoir été surachetée sur le plan graphique.

* CLUB MÉDITERRANÉE a cédé 0,42% à 23,80 euros. Une nouvelle surenchère de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi serait dangereuse pour le groupe de loisirs qui souffre déjà de la durée exceptionnelle de l'OPA dont il est l'objet, a déclaré mardi le PDG du Club Med, Henri Giscard d'Estaing, sur BFM Business.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant