Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a reculé de 0,69% à 5.218,06 points, pénalisé par le regain d'incertitudes autour de la résolution du dossier grec.

* Vedette du jour, ALCATEL-LUCENT a bondi de 16% à 4,481 euros et signé la plus forte hausse du CAC 40 et du SBF 120, dans le plus gros volume de la cote (7,88 fois sa moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext), après l'officialisation des discussions en vue de son rachat par le finlandais NOKIA (-3,6%).

* Le secteur BANCAIRE (-1,18%) a enregistré la plus forte baisse des indices sectoriels européens, plombé par les établissements des pays 'périphériques' de la zone euro et plus particulièrement grecs (-8,28%), sur fond de retour des inquiétudes autour de la résolution du dossier grec.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, parmi les plus fortes baisses du CAC 40, a reculé de 1,92% à 45,73 euros, BNP PARIBAS de 1,42% à 56,80 euros et CRÉDIT AGRICOLE 1,2% à 13,98 euros.

* AIRBUS GROUP a perdu 2,64% à 61,13 euros, plus forte baisse du CAC 40. Un analyste a jugé limité le potentiel de hausse de la valeur et estimé que la solidité des fondamentaux du groupe et l'amélioration des résultats attendus étaient déjà bien intégrés dans le cours.

* LVMH a abandonné 2,49% à 168,25 euros. Le groupe de luxe a vu sa croissance organique ralentir au premier trimestre sous l'effet d'une décélération attendue au Japon et d'une poursuite des déstockages de son cognac Hennessy en Chine.

* De nombreuses VALEURS CYCLIQUES ont subi des prises de bénéfices favorisées par un regain d'attentisme et de prudence du marché.

Le secteur AUTOMOBILE européen (-1,03%), notamment, a marqué un coup d'arrêt. PEUGEOT a perdu 1,12% à 15,885 euros, MICHELIN 1,43% à 94,50 euros et VALEO 0,87% à 141,70 euros. RENAULT a résisté et cédé 0,21% à 89,13 euros. Hors CAC 40, FAURECIA a lâché 2,33% à 41,645 euros.

SCHNEIDER ELECTRIC a perdu 1,6% à 72,11 euros.

SAINT-GOBAIN a cédé 1,5% à 41,70 euros, alors que Sika a limité lors de son assemblée générale les droits de la famille Burkard-Schenker, qui a conclu un accord avec le groupe français pour lui céder le contrôle du cimentier suisse.

* Le SECTEUR européen des RESSOURCES de BASE (+2,29%, plus forte progression sectorielle en Europe), a effacé ses pertes de la veille qui avaient été nourries par les craintes de nouvelle baisse des prix des métaux et par les chiffres de la balance commerciale chinoise semblant confirmer le ralentissement de la croissance en Chine.

ARCELORMITTAL (+3,33% à 9,179 euros) a signé la deuxième plus forte hausse du CAC 40.

* VIRBAC (-4,35% à 216,80 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120 sur des prises de bénéfices après un rebond de 3,5% au cours des deux séances précédentes.

* GENFIT s'est adjugé 3,03% à 35,99 euros au lendemain d'un gain de 8,85%, les investisseurs spéculant toujours sur des annonces concernant la société de biopharmacie qui pourraient être faites lors d'un congrès international à Vienne la semaine prochaine.

* GTT s'est replié de 1,82% 56,19 euros, après un plus bas en séance à 55,81 euros. Graphiquement, la valeur se repose sur un support technique à 56 euros après avoir buté la semaine dernière sur une résistance technique vers 58 euros.

* STMICROELECTRONICS a abandonné 1,81% à 8,873 euros. Deutsche Bank, dans une note sectorielle, a maintenu sa recommandation à "vendre" sur la valeur, estimant que les défis structurels demeuraient pour le groupe et anticipant une nouvelle faiblesse des tendances sous-jacentes pour son activité.

(Alexandre Boksenbaum-Granier et Raphaël Bloch, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant