Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris, qui a clôturé en baisse, toujours pénalisée par la perspective d'une intervention militaire occidentale contre le régime syrien de Bachar al Assad.

L'indice CAC 40 a cédé 0,21% à 3.960,46 points après avoir chuté mardi de 2,4% sur fond d'aversion au risque accrue en raison de la situation en Syrie :

* ACCOR (-4,43% à 27,52 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, le groupe hôtelier ayant déçu les investisseurs en jouant la prudence tant sur les projets de son tout nouveau PDG que sur celui de ses perspectives financières après un premier semestre inférieur aux attentes.

* EADS a lâché 2,48% à 42,69 euros, la valeur, toute proche d'être "survendue", ayant enfoncé sa moyenne mobile à 50 jours, à 43,035 euros.

* Le SECTEUR du LUXE a été délaissé alors que la Chine prévoit de taxer davantage ces produits afin de décourager le luxe ostentatoire, dans le cadre plus large de la lutte contre la corruption.

DIOR a fini en repli de 2,75% à 128,85 euros, LVMH de 1,95% à 133,15 euros, HERMES de 1,51% à 245,15 euros et KERING de 0,75% à 172,75 euros.

* De nombreuses VALEURS CYCLIQUES ont été victimes des inquiétudes résultant d'une possible intervention militaire en Syrie.

RENAULT a perdu 2,5% à 55,04 euros, LAFARGE 1,79% à 45,545 euros, MICHELIN 1,73% à 72,24 euros et SOLVAY 1,62% à 106,40 euros. Hors CAC, PLASTIC OMNIUM a cédé 5,548% à 48,01 euros, plus forte baisse du SBF 120.

L'indice Stoxx du secteur européen automobile a perdu 2,1%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

* En revanche, BOUYGUES a fini en tête des hausses du CAC 40 avec un bond de 10,47% à 25,33 euros, le groupe ayant rassuré le marché en confirmant l'objectif d'une stabilisation du résultat de sa filiale télécoms, les économies engagées dans cette branche d'activités devant permettre de compenser la baisse de son chiffre d'affaires.

Bouygues Construction a par ailleurs annoncé qu'il avait remporté un contrat de 1,15 milliard d'euros pour la réalisation d'un tunnel routier sous-marin à Hong Kong.

* Les UTILITIES européennes (+1,08%) ont été recherchées alors que les investisseurs se montrent plus optimistes pour l'avenir de ce secteur plus exposé à la situation économique de la région en voie de redressement.

VEOLIA ENVIRONNEMENT a gagné 4,37% à 11,71 euros. Morgan Stanley rappelle dans une note qu'il a relevé son conseil de "neutre" à "surpondérer" sur le titre la semaine dernière , estimant qu'il est temps d'acheter "l'histoire d'un retournement le plus captivant du secteur".

GDF SUEZ a progressé de 2,22% à 16,60 euros. Credit Suisse a relevé son conseil sur le titre de "neutre" à "surperformer" et porté son objectif de cours de 15 à 19,50 euros, estimant que le groupe est en meilleure situation que ses concurrents européens et qu'il pourrait surprendre favorablement.

EDF a terminé sur un gain de 1,18% à 21,35 euros et AREVA de 1,33% à 12,17 euros.

* Les BANCAIRES EUROPÉENNES ont pris 0,36% dans le sillage des établissements italiens (+1,89%) et de Banco Popolare (+6,79%), qui a publié un bénéfice semestriel plus que quintuplé par rapport à l'an dernier grâce à une reprise sur dépréciation concernant Agos Ducato, sa filiale commune avec le Crédit agricole dans le crédit à la consommation.

BNP PARIBAS a pris 1,16% à 48,32 euros, SOCIÉ TÉ GÉ NÉ RALE 0,82% à 33,075 euros et CRÉ DIT AGRICOLE 0,69% à 7,756 euros.

* Le SECTEUR européen de L'ÉNERGIE (+2,36%) a fini en tête des rares hausses sectorielles en Europe dans le sillage des tensions géopolitiques et des cours du pétrole (+1,15% à 115,68 dollars pour le baril Brent à 18h04), qui pourraient atteindre 150 dollars avec la crise syrienne, selon un analyste de la Société générale.

TOTAL a grimpé de 2,61% à 42,815 euros et TECHNIP de 0,7% à 87,86 euros.

* À l'inverse, AIR FRANCE-KLM a lâché 2,92% à 5,744 euros avec la hausse des cours du pétrole et les tensions géopolitiques. L'indice Thomson Reuters du secteur européen des compagnies aériennes s'est replié de 2,72%.

* BOURBON a fini en repli de 4,42% à 20,755 euros en dépit d'une forte progression de sa rentabilité au premier semestre et de sa confiance pour le reste de l'année grâce à une demande et des investissements toujours solides dans l'offshore pétrolier. Le titre a pâti de la prise en compte par les analystes de la forte augmentation des intérêts minoritaires et de la hausse de l'impôt sur les sociétés.

* EURAZÉ O a perdu 3,14% à 46,825 euros malgré un retour dans le vert au premier semestre à la faveur de plusieurs cessions d'actifs au sein de son portefeuille , la valeur ayant testé en séance sa moyenne mobile à 50 jours, à 46,241 euros, après avoir enfoncé un support à 46,90 euros.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant