Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris
Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre jeudi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 0,09% à 3.223,36 points, au terme d'une séance en dents de scie dominée in fine par un discours sans changement de la BCE et par un indicateur d'activité dans les services américains inférieur aux attentes.

* LES BANCAIRES ET LES CYCLIQUES ont été les premières victimes du retournement du marché, qui était en progression sensible jusqu'en début d'après-midi.

* PSA (-4,97% à 8,71 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 après avoir surperformé le marché la veille à la faveur d'une hausse de 8,9% de ses ventes de voitures neuves en avril en France. VALLOUREC a perdu 2,38% à 43,955 euros.

* ALCATEL-LUCENT a perdu 2,2% à 1,157, poursuivant une descente aux enfers entamée le 26 avril, date à laquelle le groupe a fait état d'une forte dégradation de sa marge au premier trimestre. Depuis cette date, le titre a chuté de plus de 20%.

* SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (-4,24% à 17,265 euros) a accusé la 2e plus forte baisse du CAC 40 après avoir publié des résultats en baisse de 20% au premier trimestre.

BNP PARIBAS, qui publiera ses résultats vendredi matin, a perdu 3,16% à 29,095 euros et CRÉDIT AGRICOLE, dont les trimestriels sont prévus le 11 mai, 2,95% à 3,658 euros.

* RENAULT (+0,83% à 34,12 euros) a résisté. L'alliance Renault-Nissan a conclu un accord qui lui permet de prendre le contrôle du premier constructeur russe AvtoVAZ, dont le groupe français détenait déjà 25% depuis 2008.

* ALSTOM a progressé de 1,29% à 27,445 euros. Selon un analyste, la valeur profite de prises de position avant la publication vendredi des résultats annuels.

* EDF (+2,48% à 16,305 euros) a signé la plus forte hausse du CAC 40 et AREVA a gagné 2,41% à 13,16 euros. Un analyste souligne que lors du débat télévisé avec Nicolas Sarkozy mercredi soir, François Hollande a dit à plusieurs fois que l'accord passé entre le PS et Europe Ecologie-Les Verts sur le nucléaire ne faisait pas partie de son programme.

* FRANCE TÉLÉCOM (+0,44% à 10,285 euros) a réussi à limiter l'impact sur ses revenus du lancement de Free Mobile (-0,78%) au premier trimestre en dépit de défections nombreuses chez ses clients, tempérant le pessimisme du marché sur sa capacité à traverser ces turbulences.

* BOUYGUES a pris 0,58% à 20,64 euros. Bouygues Telecom a annoncé le rachat de Darty Télécom, devenant ainsi le premier acteur du secteur à enclencher le mouvement de consolidation attendu après l'arrivée de Free Mobile sur le marché.

* HERMÈS INTERNATIONAL a abandonné 1,5% à 272,8 euros après avoir pris 7,4% entre le 25 avril et le 2 mai sur des anticipations liées à la publication du chiffre d'affaires trimestriel. Le groupe a vu ses ventes grimper de 21,9% au premier trimestre, portées par une demande de produits de luxe toujours très soutenue en Asie et par les flux touristiques en Europe.

* M6 a gagné 3,86% à 11,98 euros après avoir annoncé un chiffre d'affaires meilleur que prévu au premier trimestre, à la faveur de recettes publicitaires supérieures aux attentes pour la chaîne M6.

* JCDECAUX a gagné 3,5% à 22,2 euros, UBS ayant relevé sa recommandation sur la valeur à "acheter" contre "neutre".

* REXEL (+1,68% à 16,055 euros) s'est déclaré en bonne voie pour atteindre ses objectifs annuels après une hausse de 4% de son bénéfice net et de 1,7% de son chiffre d'affaires en données comparables au premier trimestre, grâce à une croissance soutenue en Amérique du Nord et à deux chiffres en Chine.

* TECHNICOLOR (+6,32% à 1,7 euro) a signé la plus forte hausse du SBF 120 après avoir annoncé que la banque américaine JP Morgan allait devenir son premier actionnaire. Cette opération lancée en pleine campagne présidentielle a déclenché une intervention controversée du gouvernement.

* SCOR a perdu 2,99% à 19,815 euros après avoir annoncé jeudi un résultat net en fort redressement au premier trimestre 2012, à 104 millions d'euros contre une perte de 80 millions un an plus tôt, alors que le début d'année 2011 avait été marqué par plusieurs catastrophes naturelles.

* VICAT a perdu 1,83% à 43,0 euros, le cimentier ayant fait état d'une baisse de 5,4% de son chiffre d'affaires à 485 millions d'euros au premier trimestre, marqué par de mauvaises conditions météorologiques en Europe et en Turquie mais aussi par un environnement prix globalement favorable.

Alexandre Boksenbaum-Granier, Raoul Sachs, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant