Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour jeudi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40, qui a touché en séance un plus haut depuis début juin 2008 à 4.841,69 points, a fini en hausse 0,71% à 4.833,28 points, un plus haut de clôture également depuis juin 2008. Les marchés sont toutefois bridés par l'incertitude qui entoure le dossier grec, Athènes ayant demandé une "prolongation de six mois" de l'aide financière que Berlin a rejeté.

* CAPGEMINI, plus forte hausse du CAC 40, a grimpé de 4,86% à 67,99 euros et touché en séance un plus haut de près de 13 ans à 69,94 euros après avoir publié des résultats annuels supérieurs aux attentes et dit tabler sur une nouvelle croissance en 2015, en s'appuyant sur le dynamisme de l'Amérique du Nord et l'espoir d'une amélioration en Europe.

Dans le même secteur des services informatiques, ATOS, qui a enregistré un recul de son activité en 2014 sous l'effet de baisse de prix, de la fin de contrats en Europe et de réductions de coûts chez de grands clients, a chuté de 5,06% à 64,32 euros.

* ESSILOR (+4,33% à 100,5 euros) a profité l'an dernier d'une stratégie diversification de ses activités aux verres solaires et au e-commerce qui lui a permis d'accroître sa présence dans les pays émergents et aux Etats-Unis, une dynamique qui devrait se confirmer jusqu'en 2018.

* ORANGE s'est adjugé 2,75% à 15,86 euros au lendemain d'une chute de près de 4% consécutive à une prévision de recul limité de son résultat d'exploitation.

* SCHNEIDER ELECTRIC (+2,01% à 71,42 euros) a présenté un nouveau plan stratégique donnant la priorité à l'amélioration de sa marge, à la croissance organique et aux économies, après une année 2014 marquée par une légère baisse de sa rentabilité imputable aux effets de changes.

* A l'inverse, les valeurs de l'ENERGIE (-1,96%) ont accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage des cours du pétrole (-2,48% pour le baril de Brent), pénalisées par la forte augmentation des stocks de brut aux Etats-Unis.

TOTAL a perdu 2,72% à 45,98 euros et accusé la plus forte baisse du CAC 40. TECHNIP a lâché 1,16% à 58,9 euros. CGG a perdu 2,36% à 6,259 euros, MAUREL & PROM 2,09% à 7,963 euros.

VALLOUREC (-4,24% à 22,495 euros) a été de surcroît pénalisé par les perspectives de l'italien Tenaris (-4,16%).

* ARCELORMITTAL a perdu 2,01% à 9,677 euros, dans le sillage de l'indice des matériaux de base (-1,08%).

* TECHNICOLOR (-5,63% à 5,436 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120, le groupe spécialisé dans les technologies pour le cinéma et la télévision ayant présenté un nouveau plan stratégique sur cinq ans dont les perspectives ont été jugées décevantes par une partie du marché. et

* AIR FRANCE-KLM a perdu 5,02% à 7,208 euros après avoir repoussé ses objectifs de réduction de dette, en estimant que des effets de change négatifs et la baisse de ses recettes pourraient quasiment effacer en 2015 les gains attendus du recul du prix du kérosène.

* TARKETT a abandonné 2,29% à 20,44 euros dans des volumes représentant 2,3 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur Euronext au lendemain de l'annonce de résultats annuels plombés par la situation économique en Russie.

* BOLLORÉ a enregistré sa troisième séance consécutive de hausse (+5,56% à 4,842 euros), initiée lundi après que l'investisseur américain Carson Block, fondateur de la société de recherche financière Muddy Waters, a marqué son intérêt pour le groupe industriel diversifié français et l'a valorisé à près du double de sa valeur actuelle. Le titre gagne près de 11% depuis lundi.

* TF1 (+3,4% à 15,34 euros) anticipe une stabilisation du marché publicitaire en 2015 à la faveur d'une conjoncture macroéconomique plus favorable et prévoit une redistribution exceptionnelle à ses actionnaires après la cession d'Eurosport.

* NATIXIS a progressé de +1,98% à 6,381 euros après avoir a annoncé le versement d'un dividende exceptionnel lié à l'introduction en Bourse de l'assureur-crédit Coface et l'acquisition de deux entreprises, une dans la gestion, l'autre dans le conseil.

* INGENICO (+3,51% à 97,06 euros) vise une croissance organique d'environ 10% de son chiffre d'affaires en 2015, porté par son développement dans les paiements électroniques et la bonne tenue de son activité phare, les terminaux.

* GENFIT (+6,39% à 67,55 euros) a poursuivi son irrésistible ascension entamée le 16 décembre. Depuis, le titre, qui a franchi ses moyennes mobiles 20 et 50 jours fin décembre, a gagné 110,76%.

(Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant