Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies mardi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 a fortement rechuté (-3,42% à 4.428,51 points), comme les autres grands indices, plombé par le secteur automobile et la tempête Volkswagen et par les valeurs liées aux métaux dont les cours reculent pour cause d'incertitudes accrues sur la demande chinoise.

Les 40 valeurs du CAC ont fini dans le rouge, de même que l'ensemble des indices sectoriels européens.

* Le secteur AUTOMOBILE (-7,57%) a poursuivi sa dégringolade déclenchée lundi par Volkswagen (-20%) qui a reconnu avoir faussé les données sur la pollution de ses voitures diesel à l'aide d'un logiciel. Le scandale a pris une dimension mondiale. La France a plaidé pour des enquêtes à l'échelle européenne.

PSA (-8,76% à 13,85 euros) et RENAULT (-7,12% à 66,55 euros) ont accusé les deux plus fortes baisses du CAC 40 tandis que VALEO a perdu 4,64% à 112,0 euros et MICHELIN 3,59% à 80,12 euros.

Hors CAC, FAURECIA a plongé de 8,27% à 27,57 euros et PLASTIC OMNIUM de 7,57% à 20,21 euros.

* Les MATERIAUX DE BASE (-5,24%) ont subi la deuxième plus forte perte sectorielle en Europe, avec la baisse des cours des métaux et l'avertissement sur résultats du numéro un européen de l'acier inoxydable, le finlandais Outokumpu (-24,44%).

* ARCELORMITTAL a chuté de 5,92% à 5,46 euros, tandis que APERAM (-9,43% à 25,02 euros) a enregistré la plus forte baisse du SBF 120. Rabobank qui a réduit son objectif de cours sur le titre de 48 euros à 39 euros, a indiqué avoir abaissé ses objectifs d'Ebitda 2015 et 2016 du spécialiste de l'acier inoxydable pour tenir compte de la dégradation du contexte économique de la société.

* ERAMET, groupe minier spécialisé dans le nickel et le manganèse, a abandonné 5,14% à 35,96 euros.

* Les valeurs de la SANTÉ (-3,77%) ont également décroché. SANOFI, poids lourd du CAC 40, a perdu 4,41% à 85,49 euros, et ESSILOR 2,69% à 106,80 euros.

* Les FINANCIÈRES ont été pénalisées par les incertitudes sur le calendrier de resserrement monétaire de la Fed.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a perdu 4,01% à 39,38 euros, BNP PARIBAS 3,39% à 51,87 euros, AXA 3,26% à 21,22 euros et CRÉDIT AGRICOLE 3,24% à 10,73 euros.

* EDF a lâché 4,28% à 16,19 euros. Bryan Garnier, qui a abaissé son objectif de 'fair value' de 27,5 à 21,0 euros avec une recommandation à "acheter", souligne que le groupe, protégé par les tarifs administrés en France, pourrait être très impacté par la libéralisation du marché à partir de 2017.

Le groupe veut doubler son parc d'énergie renouvelable en France et en Europe d'ici à 2030, a déclaré son PDG Jean-Bernard Lévy dans une interview aux Echos.

* Contre la tendance, GAZTRANSPORT ET TECHNIGAZ (+0,88% à 46,25 euros a signé la plus forte des quelques hausses du SBF 120. La société a annoncé avoir reçu de la société de classification DNV-GL, la première approbation générale de son nouveau système de confinement du gaz liquéfié Mark V.

* UBISOFT a résisté et pris 0,81% à 17,97 euros. Kepler Cheuvreux, qui a initié la couverture du titre avec une recommandation d'"achat" et un objectif de cours de 21 euros, juge prometteuse la gamme de jeux de l'éditeur.

* AB SCIENCE a chuté de 4,65% à 12,71 euros après avoir arrêté une étude de phase 3 dans la polyarthrite rhumatoïde pour rationaliser son portefeuille.

(Raoul Sachs, Raphaël Bloch, édité par Pascale Denis)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant