Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mardi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a gagné 1,18% à 4.484,21 points après une progression de 1,51% la semaine dernière, soutenu par l'activité de fusion-acquisition dans le secteur de la santé.

* Le secteur européen de la SANTÉ (+2,87%) a signé la meilleure performance sectorielle en Europe. A Paris, IPSEN a pris 4,58% à 30,85 euros, ESSILOR INTERNATIONAL 2,39% à 73,83 euros et SANOFI 2,19% à 77,13 euros.

Valeant Pharmaceuticals International a confirmé vouloir acquérir l'américain Allergan. Novartis a annoncé échanger certains actifs avec GlaxoSmithKline et vendre sa division de santé animale à l'américain Eli Lilly. Et, selon le Sunday Times, Pfizer envisage une OPA sur AstraZeneca.

* Les valeurs CYCLIQUES et les FINANCIÈRES ont également profité de ce regain d'activité des opérations de M&A, signe, selon des gérants et analystes, de la confiance des entreprises dans l'avenir.

ALSTOM a progressé de 3,5% à 23,375 euros et RENAULT de 2,81% à 75,43 euros, plus fortes hausses du CAC 40. SOLVAY s'est octroyé 2,44% à 115,50 euros, AXA 2,35% à 18,91 euros et BNP PARIBAS 2,17% à 55,67 euros.

* En revanche, PUBLICIS a fini en baisse de 0,7% à 63,44 euros, plus forte des rares baisses du CAC 40, Omnicom ayant indiqué que le processus de fusion avec le français, transaction qui doit donner naissance au numéro un mondial de la publicité, prenait plus de temps que prévu.

* DANONE a perdu 0,36% à 52,52 euros. RBC anticipe de nouvelles pressions sur les marges compte tenu de l'érosion de la capacité du groupe à relever ses prix dans son activité de produits laitiers dans un contexte de coût élevé des matières premières.

* TARKETT (-3,63% à 25,20 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120, JPMorgan, qui a abaissé son objectif de cours sur la valeur de 36 à 31 euros, soulignant des risques politiques en Ukraine et de ralentissement économique en Russie.

* INGENICO a lâché 0,62% à 62,17 euros à la suite, selon des vendeurs actions parisiens, d'une note de Morgan Stanley dans laquelle le broker anticipe un ralentissement de la dynamique du groupe spécialisé dans les services de paiement.

* SOITEC a terminé en baisse de 0,53% à 1,88 euro après avoir accru sa perte opérationnelle courante au cours de l'exercice 2013-2014 à cause de sa division électronique.

* HERMES INTERNATIONAL a fini en repli de 0,51% à 254,35 euros. Société générale a abaissé sa recommandation sur la valeur de "conserver" à "vendre" compte tenu de la "solide" performance du titre le mois dernier. Le broker estime également que le titre s'échange à un niveau plus élevé que sa juste valeur.

* SOLOCAL a gagné 5,23% à 1,61 euro, en tête des hausses du SBF 120, la valeur rebondissant sur sa moyenne mobile à 200 jours, à 1,56 euro.

* ERAMET s'est adjugé 4,04% à 96,76 euros dans le sillage des cours du nickel (+2%), qui ont touché un plus haut de 14 mois sur fond d'interrogations concernant l'offre.

* NUMERICABLE (+3,93% à 31,34 euros) a revu à la hausse, à 8,4 milliards d'euros au total, le montant de son émission obligataire en six tranches, en réduisant parallèlement ses emprunts bancaires prévus pour financer en partie le rachat de SFR à VIVENDI (+0,1% à 20,165 euros) et refinancer sa dette existante.

* AREVA a grimpé de 3,52% à 17,805 euros. Le Niger s'apprête à renouveler ses accords avec Areva sur l'exploitation de ses mines d'uranium et une annonce pourrait intervenir dans les prochains jours, a déclaré dimanche le ministre des Mines. Areva a par ailleurs retiré le recours qu'il avait déposé devant la justice tchèque après son élimination de l'appel d'offres pour l'extension de la centrale nucléaire de Temelin.

* ATOS (+1,9% à 61,65 euros) a déclaré vendredi maintenir une offre qu'elle qualifie d'amicale sur STERIA (+3,05% à 20,26 euros), laquelle travaille actuellement à un rapprochement avec SOPRA (+1,4% à 79,50 euros) en vue de donner naissance à l'un des leaders français des services informatiques. Steria a par la suite démenti avoir eu des discussions avec Atos, parlant de "démarche non sollicitée".

Par ailleurs, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, ATOS, comme IBM et Hewlett Packard, serait intéressé par la reprise des infrastructures informatiques de Lufthansa.

(Alexandre Bokenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant