Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Liste des valeurs du jour lundi à la Bourse de Paris qui a clôturé en baisse après l'annonce ce week-end du plan de sauvetage de Chypre qui a ravivé les craintes de tensions dans l'ensemble de la zone euro.

A la clôture, le CAC 40 s'est replié de 0,48% à 3.825,47 points, l'indice étant néanmoins parvenu à réduire ses pertes au fil de la journée après avoir abandonné jusqu'à 2% en début de séance :

* Le SECTEUR FINANCIER a été le premier affecté par le regain de tension en zone euro, les investisseurs craignant notamment que la taxe sur les dépôts bancaires envisagée dans le plan de sauvetage de Chypre ne crée un précédent.

A Paris, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (-3,34% à 28,975 euros) et CRÉDIT AGRICOLE (-3,16% à 6,956 euros) ont signé les plus fortes baisses du CAC 40. BNP PARIBAS a lâché 2,82% à 42,75 euros et AXA 1,45% à 14,295 euros.

Sur le SBF 120, CNP ASSURANCES a reculé de 2,12% à 11,515 euros et NATIXIS de 0,88% à 3,257 euros.

Dans la zone euro, les indices Stoxx des banques (-2,55%) et des assureurs (-1,56%) ont signé les plus importants replis sectoriels.

* Les valeurs CYCLIQUES dans leur ensemble ont souffert du nouvel accès de prudence sur les marchés. ARCELORMITTAL a reculé de 2,85% à 11,09 euros, VINCI de 1,3% à 35,715 euros et sur le SBF 120 ALCATEL-LUCENT a cédé 2,67% à 1,131 euros et RUBIS 2,15% à 48,60 euros.

L'indice Stoxx 600 des ressources de base a abandonné 0,72%, celui du BTP et des matériaux de construction 0,46% et celui des valeurs technologiques 0,41%.

* VIVENDI a de nouveau reculé de 1,8% à 15,81 euros, après avoir déjà perdu 3,33% vendredi, le titre étant passé sous sa moyenne mobile à 20 jours pour rebondir sur celle à 200 jours (à 15,676 euros).

Le processus de cession de GVT, la filiale brésilienne du groupe de divertissement et de télécoms, se retrouve en sommeil après le retrait vendredi de DirecTV.

Par ailleurs, Nomura n'est plus à l'achat sur la valeur, ayant abaissé son conseil à "neutre", avec un objectif de cours ramené de 18 à 17,5 euros.

* EADS (-1,26% à 42,05 euros) n'a pas bénéficié de l'annonce d'une méga-commande de 18,4 milliards d'euros au prix catalogue remportée par sa filiale Airbus auprès de la compagnie indonésienne Lion Air.

Le titre est sujet à des prises de bénéfices alors qu'il a touché vendredi un plus haut historique en clôture à 42,585 euros, après avoir grimpé de près de 75% depuis la fin novembre.

A noter qu'EADS a intégré ce lundi l'indice Euro Stoxx 50 avec SCHNEIDER ELECTRIC (+0,15% à 59,10 euros) à la place, respectivement, de Nokia (inchangé à 2,58 euros) et GDF SUEZ (inchangé à 14,605 euros).

* A contre-courant, STMICROELECTRONICS (+5,18% à 6,19 euros) a tenu toute la journée la tête du CAC 40, après l'annonce avec l'équipementier télécoms Ericsson (-2,22% à 83,50 couronnes) d'un accord visant à se partager certaines activités de leur coentreprise dans les puces ST-Ericsson, depuis longtemps déficitaire, et à fermer le reste.

* SAFRAN s'est également distingué avec un gain de 1,09% à 36,50 euros, la valeur profitant du repli de l'euro sous la barre de 1,30 dollar et de l'annonce vendredi d'une plus-value de 130 millions d'euros après impôts liée à la cession de sa participation dans Ingenico (+0,24% à 44,745 euros).

* Certains titres DÉFENSIFS ont résisté à la baisse du marché, comme L'ORÉAL (+1,21% à 121,75 euros), PERNOD RICARD (+0,75% à 100,85 euros) et UNIBAIL RODAMCO (+0,52% à 185,25 euros).

* TOTAL a pris 0,39% à 38,725 euros après avoir annoncé un accord en vue de céder au japonais Mitsui E&P Italia 25% du champ pétrolier de Tempa Rossa, situé au sud de l'Italie dans la région de Basilicate.

* Deuxième plus forte hausse du SBF 120 après STMicro, AB Science a gagné 5,03% à 18,80 euros, Oddo Securities estimant que la valeur, dont il initie la couverture à l'achat, offre une opportunité unique dans le paysage des biotechnologies européennes.

* PSA PEUGEOT CITROËN, qui a perdu jusqu'à plus de 4% en séance, a terminé en hausse de 1,47% à 6,625 euros. Le constructeur automobile a obtenu lundi le soutien de la majorité des syndicats à son plan de restructuration et de réductions de postes destiné à endiguer ses pertes et faire face aux surcapacités en Europe, ont indiqué à Reuters trois sources syndicales.

Dans son sillage, RENAULT a gagné 1,28% à 53,15 euros, profitant d'achats à bon compte après avoir cédé plus de 3% la semaine dernière.

Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant