Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

le
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris qui a terminé en baisse après deux statistiques jugées décevantes sur l'emploi et l'activité dans les services aux Etats-Unis.

Les investisseurs se sont également montrés prudents avant la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi et le rapport mensuel sur l'emploi américain attendu vendredi.

A la clôture, l'indice CAC 40 a cédé 1,32% à 3.754,96 points, dans un volume d'affaires de 2,9 milliards d'euros échangés sur Nyse Euronext.

* FRANCE TÉLÉCOM (-4,42% à 7,663 euros) a accusé la plus forte baisse de l'indice CAC 40 et du SBF 120, UBS, qui a ramené sa recommandation de "neutre" à "vendre" sur la valeur, s'attendant à une autre année difficile dans la téléphonie mobile en France.

Le secteur européen des télécoms a perdu 2,07%, plus forte baisse sectorielle en Europe, après le démenti de Verizon Communications concernant toute intention de fusionner ou de racheter l'opérateur britannique Vodafone (-3%).

BOUYGUES, maison mère de Bouygues Telecom, a lâché 3,97% à 20,92 euros et VIVENDI (SFR) 2,12% à 15,965 euros.

* Le secteur des RESSOURCES DE BASE (-1,97%) a de nouveau été à la peine, les valeurs minières restant plombées par la baisse des prix des métaux alors que Credit Suisse met en garde contre de nouvelles baisses des cours en deuxième partie d'année.

APERAM a cédé 1,31% à 9,404 euros. De son côté, ARCELORMITTAL (+0,19% à 9,635 euros) a réussi à reprendre des couleurs après avoir abandonné jusqu'à plus de 3% en séance et après avoir déjà perdu 4,3% la veille.

* De nombreuses CYCLIQUES ont été délaissées dans un contexte d'inquiétudes sur la conjoncture économique après les chiffres ressortis inférieurs aux attentes de l'enquête ADP et de l'indice ISM des services aux Etats-Unis.

SAINT-GOBAIN s'est replié de 3,82% à 28,10 euros, ALSTOM de 3,35% à 30,535 euros, LAFARGE de 2,69% à 50,95 euros et, hors CAC 40, SOITEC a baissé de 4,18% à 2,75 euros.

* Les BANCAIRES européennes (-1,85%) ont pâti également des craintes toujours fortes des investisseurs dans la capacité des pays européens à faire face à la crise après l'épisode chypriote.

SOCIETE GENERALE a reculé de 3,07% à 25,725 euros, CREDIT AGRICOLE de 2,57% à 6,36 euros et BNP PARIBAS de 2,03% à 40,095 euros.

* A l'inverse, TECHNIP (+2,29% à 83,89 euros) a enregistré la plus forte hausse du CAC 40, encore portée par le contrat remporté par le groupe parapétrolier dans le cadre d'un consortium lors d'un appel d'offres pour la construction d'un site de gaz naturel liquéfié (GNL) en Russie.

* PUBLICIS s'est octroyé 1,47% à 53,90 euros, soutenu par un relèvement de l'objectif de cours de Jefferies, déjà à l'achat sur la valeur, le broker mettant en avant le potentiel d'amélioration des marges du groupe publicitaire.

* Plus forte hausse du SBF 120, VIRBAC a rebondi de 2,513% à 179,50 euros sur des achats à bon compte après avoir perdu 3,7% lors des trois dernières séances.

* BIC a grimpé de 1,96% à 92,51 euros. Berenberg, qui a relevé son objectif de cours sur le titre de 113 à 115 euros avec un conseil maintenu à l'achat, estime que la valeur offre un mix séduisant en termes de profitabilité, de valorisation et d'engagement à retourner de la valeur aux actionnaires.

* REXEL s'est adjugé 1,9% à 17,69 euros après que Goldman Sachs est passé à l'achat sur la valeur, le broker soulignant le potentiel d'amélioration des marges et le redressement commercial aux Etats-Unis du spécialiste du matériel électrique.

Alexandre Boksenbaum-Granier, Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant